Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

A Oman, l’avenir de la médecine est entre les mains des femmes

A Oman, l’avenir de la médecine est entre les mains des femmes Women's power

A Oman, l’avenir de la médecine est entre les mains des femmes

Une étude récemment publiée par le Ministère de la Santé du Sultanat d’Oman montre que le nombre de femmes exerçant la profession de médecin ne cesse d’augmenter dans tous les établissements de santé du pays. Compte tenu des besoins à venir dans le secteur et de la qualité des soins prodigués par ces femmes médecins, cette nouvelle est plutôt encourageante.

L’étude, conduite par le docteur Nazar Mohamed Elfaki, conseiller au sein du département des systèmes de santé et de la Planification des ressources humaines du ministère omanais de la Santé et publiée dans le courant du mois de juin, visait à fournir des données sur la féminisation du personnel médical du sultanat ainsi qu’à explorer la capacité du système de santé à faire face à ce phénomène et aux défis à venir. Ses conclusions sont, en somme, positives et engageantes.

Une croissance importante du nombre de femme parmi les médecins

Le rapport montre que le nombre de femmes médecins a grimpé de 2 053 en 2012 à 2 403 en 2016, tandis que celui de leurs collègues masculins a, lui, également augmenté de 2 904 à 3 472 sur la même période. Une augmentation de 8% sur la décennie 2000-2010 pour les femmes. Celles-ci représentent aujourd’hui 41% de la population de médecins de tous les centres médicaux du pays, alors qu’elles n’étaient que 27% en 1990.

En allant plus loin, l’étude montre également que ces femmes médecins ne se contentent pas des postes de généralistes et sont de plus en plus attirées par les spécialités. 31,6% d’entre elles seraient, en effet, des médecins spécialistes contre 21% en 1990. En analysant les données des tous récents résultats des nouveaux diplômés, il apparaît même que sur les 22 spécialités du pays, les femmes dominent dans plus de 8 disciplines, que ce soit dans le classement ou en nombre de diplômés.

Un progrès qualitatif dans les soins prodigués

Outre cette progression statistique notable, l’étude a démontré l’impact positif de la présence féminine dans le secteur médical. Selon l’enquête de Nazar Mohamed Elfaki, une femme médecin inspirerait une plus grande confiance auprès des patients, et notamment des patientes. En instaurant une meilleure relation entre le patient et le soignant, leurs pratiques gagneraient en efficacité. Pourtant, « ce n’est pas seulement une question de genre, explique Prakerthi Panikar, chef du département pour l’éducation et le développement professionnel au Caledonian College, dans un entretien accordé au journal Times of Oman. Mais elles apportent de la sensibilité, et donc une toute autre dimension au travail. »

Selon lui, les hommes auraient une perception plus pragmatique et opérationnelle du métier tandis que les femmes convoqueraient « de l’esthétique, des émotions et de la douceur dans leur profession, ainsi que des réflexions plus profondes. » Cette différence dans les manières d’appréhender la médecine apporteraient de nouvelles perspectives et approches pour faire évoluer les pratiques.

Des enjeux majeurs à venir pour les systèmes médicaux des pays du Golfe

L’intérêt croissant des femmes pour la médecine est de très bonne augure pour le gouvernement omanais au regard des défis majeurs qui guettent le secteur médical, dans le sultanat. En effet, Oman prévoit un déficit de main d’œuvre chiffré à 13 000 médecins d’ici à 2040.

Face à ce défi, les autorités omanaises ont multiplié les initiatives pour encourager l’intégration des femmes dans la profession médicale. Résultat, dans la principale faculté de médecine du pays, l’Université Sultan Qaboos, la proportion d’étudiantes a notablement grimpé, passant de 54% en 2009 à 64% aujourd’hui.