Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Arabie saoudite : les femmes apprennent à conduire avec des moniteurs d’un nouveau genre

Campagne #SheDrive de Nissan © Nissan Women's power

Campagne #SheDrive de Nissan © Nissan

Au mois de juin prochain, les femmes pourront légalement conduire en Arabie saoudite. En attendant, certaines s'entraînent avec… des annonceurs. Nissan, Uber, Ford… Les marques se sont engouffrées dans la vague féministe saoudienne en dispensant des cours initiatiques à la conduite, pour le plus grand plaisir des apprenties conductrices locales.

Dans trois mois, conformément au décret du Roi Salman, la femme saoudienne pourra officiellement prendre le volant. D’ici-là, la gent féminine du Royaume s’exerce à manier pédales, embrayages et volants, sous pavillon sponsorisé.

Nissan et Uber en campagne pour apprendre la conduite aux femmes

Sur le créneau de l’apprentissage, ce sont en effet plusieurs acteurs internationaux qui se sont engouffrés, coup de pub oblige. Nissan a d’abord joué les précurseurs avec une campagne inédite flanquée du hashtag #SheDrive (elle conduit). Objectif : convaincre les Saoudiennes les plus récalcitrantes – celles qui craignent en l’occurrence la désapprobation de leur famille – à s’initier à la conduite. Le constructeur automobile japonais a, à cet effet, offert à quelques localières l’occasion de suivre un cours de conduite avec un instructeur masculin issu de leur famille.

Sur un autre registre, le géant du VTC américain Uber, déjà bien implanté en Arabie saoudite, a annoncé le recrutement de plusieurs monitrices pour apprendre la conduite aux Saoudiennes désireuses de s’adonner à la profession de chauffeur VTC.

Ford mandate une pilote de course automobile

De son côté, Ford Motor anime, cette semaine, à l’université pour femmes d’Effat à Djeddah, plusieurs sessions d’entrainement pour apprendre aux étudiantes les bases de la conduite et de la sécurité sur quatre roues.

Le Ford’s Driving Skills for Life, dispensé aux quatre coins du monde par le constructeur automobile américain, et habituellement réservé aux hommes en Arabie saoudite, était ici inculqué pour la première fois à des femmes. Pour l’occasion, c’est une pilote de course italienne, Francesca Pardini, qui a été mandatée pour servir de mentor. Une monitrice de choix pour des conductrices en herbe dont certaines seront peut-être les premières à faire vrombir leurs moteurs au mois de juin prochain.