Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Lujain Al Ubaid : « Il faut investir dans l’entrepreneuriat social »

Women's power

Le don de soi, Lujain Al Ubaid est tombée dedans quand elle était toute petite. Née à Riyad, elle suit sa mère lors de ses missions de bénévolat dans les orphelinats et les maisons de retraite de la région. Mais ce qui aurait pu rester un engagement ponctuel s’est vite transformé en une perspective de vie. Depuis le collège jusqu’au lancement de Tasamy for Social Entrepreneurship en 2011, Lujain s’est trouvé un cap : favoriser le développement social en Arabie saoudite en accompagnant les entrepreneurs locaux.

En sortant du lycée, Lujain Al-Ubaid compte déjà à son actif plusieurs levées de fonds réussies. Elle s’engage alors dans les études supérieures avec en ligne de mire de continuer son travail pour les femmes et les entrepreneurs sociaux. Avant d’atteindre 25 ans, elle est distinguée par le Roi Salmane d’Arabie saoudite lui-même pour ses activités bénévoles en faveur des communautés.

Elle étudie la finance et postule pour intégrer le Harvard Business School Women Executive Leadership Program avant de parfaire son prestigieux bagage à Columbia, en participant au Business School’s Executive Education Program for Non-profit Organizations.

Tasamy for Social Entrepreneurship

En 2011, elle formalise son travail en fondant “Tasamy for Social Entrepreneurship,” une organisation à but non lucratif qui fournit un cadre et des formations aux entrepreneurs locaux souhaitant lancer leur projet social. A la tête d’une équipe mixte, elle accompagne avec ses collaborateurs les projets et innovations des entrepreneurs locaux qui cherchent à adresser et à résoudre des problématiques sociales locales. Associée au sein du Groupe pour le Développement et l’Innovation Saoudiens (SADIG), Lujain semble se tenir sur tous les fronts, et milite pour que les femmes sautent le pas de l’entrepreneuriat en Arabie saoudite.

Education, innovation sociale et business

Lorsqu’on demande à Lujain Al-Ubaid quelle femme d’affaires suscite en elle le plus d’admiration, nul n’est surpris de l’entendre décrire Jacqueline Novogratz, fondatrice et présidence de l’ONG américaine Acumen depuis 2001. Et pour cause, l’année passée, elle était choisie parmi 5000 postulants pour intégrer le programme de bourse d’Acumen aux Etats-Unis. Une expérience d’une année qui lui a permis de se familiariser avec les enjeux de développement social et sociétal, avant de partir pour l’Inde dans une entreprise spécialisée dans l’accompagnement des élèves issus de milieux modestes dans leur éducation.

Classée 15e femme du monde arabe la plus puissante du monde par le magazine Arabian business en 2016, le travail de Lujain est pourtant loin d’être fini. Décidée à booster l’innovation sociale et rêvant de voir davantage de fonds d’investissements saoudiens dédiés à l’entrepreneuriat social, on ne serait qu’à moitié surpris de la voir lancer, d’ici quelques années, sa propre structure d’investissement pour le développement social.

Qu’est ce qui vous a amené à travailler dans l’entrepreneuriat social ?

Lujain Al Ubaid : Je pense que ça me vient de ma mère, qui m’emmenait avec elle quand j’étais petite pour travailler en tant que bénévole dans des orphelinats et des maisons de retraite. Depuis ce moment-là, mon intérêt pour le travail social et son impact n’a cessé de grandir jusqu’à l’obtention de mon diplôme, et c’est là que j’ai décidé d’accompagner les jeunes qui souhaitaient mener à bien des changements positifs et forts pour la société.

Quelles sont les priorités du secteur de l’entrepreneuriat social en Arabie saoudite ?

Lujain Al Ubaid : Si nous parlons d’entreprises sociales, elles doivent se concentrer sur l’impact, la durabilité et l’innovation. Mais si nous parlons de l’écosystème, nous devons avoir beaucoup de datacenters, nous devons nous concentrer sur l’autonomisation des entrepreneurs sociaux par le biais d’incubateurs et d’accélérateurs et nous devons nous concentrer sur le fait d’avoir plus de fonds dédiés à l’innovation sociale pour faire évoluer ces entreprises sociales sur le long terme.

Une innovation sociale que vous pourriez nous présenter ?

Lujain Al Ubaid : L’innovation, ce sont de nouvelles idées, des perspectives, et comment nous pouvons créer des solutions adaptées à notre environnement, pour résoudre nos problèmes de société. Par exemple, l’une de nos entrepreneuses, Lulwa AlSoudairy, une femme brillante, a créé une plateforme en ligne appelée Artistia. Sur cette plateforme, elle aide et accompagne les créateurs locaux de différentes spécialités : graphistes, artistes, créateurs de mode etc. Elle leur fournit une plateforme pour qu’ils puissent faire grandir leur audience.

Comment décrire la jeunesse saoudienne ?

Lujain Al Ubaid : Les jeunes Saoudiens sont audacieux, courageux et curieux.

Un message à adresser à celles qui voudraient se lancer dans l’entrepreneuriat social ?

Lujain Al Ubaid : Mon message pour toutes les filles qui veulent s’investir, dans l’entrepreneuriat social ou tout autre secteur, c’est de croire en elles. Parce qu’elles ont énormément à apporter à ce monde, et qu’elles peuvent atteindre tellement de choses si elles se fixent leurs propres objectifs.