Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Sofana Dahlan : « Il ne faut jamais s’arrêter au premier obstacle »

Women's power

Optimiste, Sofana Dahlan l’est restée tout au long de ses études, alors que les femmes n’étaient pas autorisées à pratiquer le droit en Arabie saoudite. Reconnue en tant qu’avocate dans son pays natal en 2013, celle qui a remué ciel et terre pour faire avancer la cause féminine dans le monde du droit saoudien continue sur sa lancée : avocate de profession et pour la cause des femmes, en marche contre les inégalités.

Le parcours de Sofana Dahlan a de quoi en inspirer plus d’une. Saoudienne et féministe, Sofana est partie au Caire pour faire ses études en 1995 alors que les universités de droit d’Arabie saoudite n’accueillaient pas de femmes dans leurs cursus, elle obtient son diplôme et sa licence d’exercice en 2000. Mais problème, son statut d’avocate n’est pas reconnu dans son pays d’origine.

Tashkeil, un incubateur destiné à la jeunesse saoudienne

Elle se lance alors dans l’entrepreneuriat social, où elle s’investit en créant successivement un incubateur, Tashkeil, mais également un espace de coworking pour faciliter les échanges et la création en Arabie saoudite chez les jeunes entrepreneurs. Après un passage à Harvard en 2009, elle est choisie deux années plus tard pour participer à un tour d’Europe et des Etats-Unis avec l’Alliance des civilisations des Nations Unies (UNAOC), pour partager son engagement pour les femmes et pour le développement social.

Sofana, avocate saoudienne

Aujourd’hui à la tête de son propre cabinet d’avocat en Arabie saoudite, ce n’est pas sans mal qu’elle est parvenue à faire reconnaître, après 13 années de lutte acharnée, sa licence en droit et la possibilité pour les femmes d’exercer dans le milieu légal en Arabie saoudite. En devenant l’une des premières Saoudiennes à exercer le métier d’avocate dans le Royaume, elle représente une voix forte et engagée pour défendre la cause des femmes. Aujourd’hui, elle persévère sur cette voie, vers un islam plus progressiste où les femmes ont une place à la table des négociations, et participent activement à la construction d’une société de l’égalité.

Comment vous êtes-vous décidée à entreprendre une carrière d’avocate ?

Sofana Dahlan : J’ai décidé d’étudier le droit en 1995, quand les femmes n’avaient pas le droit d’assister aux cours dans les universités ni d’avoir de licence. C’est ce qui m’a fait quitter l’Arabie saoudite pour aller à l’université du Caire, où j’ai obtenu ma licence d’avocate. J’ai toujours pensé que les femmes devaient être présentes dans tous les secteurs dans la société, particulièrement dans le système judiciaire, parce que pouvoir être représentée par une femme, c’est déjà amener davantage de justice à la table.

Quelle est la prochaine priorité pour l’émancipation des femmes en Arabie saoudite?

Sofana Dahlan : Ce que j’espère, c’est que nous verrons bientôt des femmes musulmanes érudites au gouvernement, qui soient en mesure d’interpréter les versets de l’islam d’une façon plus progressiste pour parvenir à ouvrir le reste de la société sur l’avenir.

Avez-vous un message pour les femmes qui souhaitent entreprendre ?

Sofana Dahlan : Ne jamais s’arrêter au premier obstacle, et réaliser que ces obstacles sont là pour s’entraîner et gagner en compétences et en puissance. Je dis toujours que le leadership des femmes doit être comme l’eau : s’il est arrêté en un point, il trouvera le moyen de contourner cet obstacle par un autre endroit.