Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Yasmin Al Tuwaijri : « Il y a plein de modèles féminins de réussite pour les filles »

Women's power

Après un doctorat de santé publique à la Tufts University aux Etats-Unis, Yasmin Al Tuwaijri est rentrée à Riyad où ses travaux scientifiques sur l’obésité, le diabète et la santé mentale sont unanimement acclamés. Aujourd’hui, elle se bat pour que les Saoudiennes exercent de plus en plus une activité physique.

Après une licence en santé publique en Arabie saoudite, Yasmin Al Tuwaijri décide de partir aux Etats-Unis pour poursuivre ses études de santé. A cette époque il n’était pas courant pour des jeunes filles de partir loin de chez elles seules.

Aujourd’hui ses recherches sont pionnières dans le domaine de l’obésité, du diabète et de la santé mentale en Arabie saoudite. Un de ces derniers articles étudie l’impact de la technologie sur la santé mentale des jeunes Saoudiens.

Son engagement pour les femmes

L’obésité est un sujet important en Arabie saoudite. Contrairement aux garçons, les filles n’ont pas de cours de sports à l’école alors que leur taux d’obésité entre 15 à 18 ans est supérieur à celui des Etats-Unis.

Récemment Yasmin Al Tuwaijri a pris la parole dans les médias pour plaider en faveur de la mise en place d’activités physiques pour les femmes.

La scientifique est aussi engagée en faveur de l’émancipation des femmes et plus particulièrement dans leur engagement dans le monde scientifique. Elle siège au conseil d’administration de la Al-Nahda Philanthropic Society for Women, une association de soutien pour les jeunes filles qui souhaitent entreprendre une carrière scientifique.

Kawa a rencontré Yasmin Al Tuwaijri lors du FII.

Quel est l’impact de la technologie dans votre domaine ?

Yasmin Al Tuwaijri : En tant que chercheuse en épidémiologie et en santé publique, je traite beaucoup de données. La technologie a énormément simplifié la façon dont nous pouvons analyser les données, c’est plus rapide, plus efficace, plus précis et ça minimise les erreurs autant que possible. Ces données, les données de santé au niveau d’une communauté ou d’un patient, nous pouvons maintenant les convertir en résultats de recherche, en stratégie pour les politiques.

L’intervention qui a retenu votre attention au FII ?

Yasmin Al Tuwaijri : Une des conférences à laquelle j’ai particulièrement porté attention était celle sur l’énergie, une des participantes était une bonne amie, le docteur Manar Al-Moneef. Elle est directrice du département de l’énergie renouvelable dans la région du Moyen-Orient chez General Electric, elle est une scientifique, et je suis vraiment fière de sa carrière. Elle est un excellent exemple, il y a plein de modèles féminins de réussite, comme elle, pour les filles.

Pensez vous que l’avenir est prometteur ?

Yasmin Al Tuwaijri : J’ai beaucoup d’espoir pour l’avenir, ma fille a 21 ans. Elle étudie aux Etats-Unis en ce moment, elle va bientôt revenir, l’Arabie saoudite a beaucoup changé depuis 3 ans ! J’ai vraiment hâte qu’elle revienne et qu’elle participe à ces changements passionnants.