Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Arwa Alneami : « Chaque artiste a un message à transmettre »

Yalla!

Arwa est une artiste saoudienne, née sur une base militaire dans le sud de l’Arabie Saoudite. Elle a exposé son travail à Djeddah, Dubaï, et Istanbul. Lors de la Biennale d’art contemporain de Lyon, Arwa a dévoilé à KAWA ses futurs projets et sa vision de la scène artistique dans son pays d’origine.

Pouvez-vous nous décrire la scène artistique de Djeddah ?

Arwa Alneami : L’art est en mouvement constant. Il est dans une phase incroyable de son développement. Il y a des évènements à tous les coins de rue en ce moment en Arabie saoudite.

Comparé à Riyad, Djeddah semble être la capitale artistique de l’Arabie Saoudite. Comment l’expliquez-vous ?

Arwa Alneami : Je pense que toutes les villes du Royaume sont des capitales artistiques à leur manière.

Quels sont les sujets les plus abordés par les jeunes artistes saoudiens ?

Arwa Alneami : Les artistes saoudiens s’expriment beaucoup à travers des supports multimédias. Ils veulent appartenir à la société en pleine transformation dans laquelle ils vivent, et exprimer cela à travers leur art. Je souhaite que la prochaine génération ne néglige le pouvoir des messages que l’art peut porter et qu’elle soit vigilante pour veiller à ne pas compromettre l’héritage artistique de l’Arabie saoudite. Il ne faut pas oublier notre identité.

Avez-vous apprécié la Biennale de Lyon ?

Arwa Alneami : J’ai trouvé la Biennale de Lyon très bien ! J’ai beaucoup apprécié de pouvoir découvrir autant d’œuvres d’art.

Quelles femmes saoudiennes vous inspirent ?

Arwa Alneami : Fatima Abou Gahas était une des artistes les plus connues de la province d’Asir. Elle s’était spécialisée dans la réalisation de fresques pour les salons des maisons traditionnelles, un art ancien appelé Al Quut. Fatima est une personnalité forte, tout à fait remarquable, elle est une vraie source d’inspiration pour moi.

Quelles sont les opportunités pour un jeune artiste en Arabie Saoudite ?

Arwa Alneami : Ces derniers temps, les opportunités se sont démultipliées. Elles se sont enrichies grâce à l’intérêt grandissant du gouvernement et des particuliers pour l’art. Chaque artiste a maintenant sa propre plateforme d’expression, ce qui permet aux gens de connaître les œuvres de chacun.

L’Arabie Saoudite a beaucoup changé ces 10 dernières années. Quels changements avez-vous pu observer ?

Arwa Alneami : Il y a eu des changements importants et rapides. Personnellement, j’espère rester sur la bonne voie, parce que nous sommes à une époque de développement artistique très rapide. Un artiste doit apprendre à exploiter cela, et l’apprécier. Ce changement permet également aux artistes de développer leur message. Chaque artiste a un message à transmettre.