Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Youth Green Summit: le monde de demain se construit aujourd’hui

Le Youth Green Summit s'est tenu à Riyad le 24 octobre.

La deuxième journée de l’édition inaugurale du forum Saudi Green Initiative était entièrement dédiée à la jeunesse. A cette occasion, des jeunes décideurs et étudiants de différents secteurs en lien avec l’écologie se sont rencontrés dans le cadre d’une journée d’échanges, de débats, et d’ateliers, afin de préparer au mieux un futur dans lequel ils ont encore envie de croire.

“Si vous laissez à la jeunesse le soin de diriger, elle vous surprendra car elle est tout à fait capable de parvenir à ses fins”. Avec cette déclaration, Mohammed Alkhalid, le PDG de Nabatik et l’un des nombreux jeunes dirigeants invités à s’exprimer lors de ce sommet vert de la jeunesse, a planté le décor de la journée. “L’important, c’est de parvenir à changer la tonalité du discours pour faire en sorte que la jeunesse se sente davantage impliquée”. 

 

Dr Hamad Aldraye lors du Youth Green Summit à Riyad

Dr Hamad Aldraye lors du Youth Green Summit à Riyad.

Prise de responsabilité

Le point soulevé par celui qui est aujourd’hui à la tête d’une des plus belles pépites saoudiennes (l’entreprise propose des solutions de digitalisation visant à faciliter la plantation d’arbres) n’est pas à négliger. En effet, selon Hamad Al Draye, modérateur d’une des sessions en plénière de la matinée, 67 % des jeunes parlent du changement climatique au moins une fois par jour. Pourtant, si l’on en croit les chiffres avancés par ce dernier, seulement 2 % d’entre eux passent à l’action. 

Comment, dans ces conditions, faire en sorte que tout un chacun s’empare de ces questions ? Selon Julian Olivier, PDG du cabinet Raleigh International, il s’agit avant tout de faire les bonnes rencontres et les bonnes expériences. On ne devient pas activiste du jour au lendemain. Ou comme le dirait l’expression consacrée : “C’est en forgeant que l’on devient forgeron”. 

Et le message a trouvé plus d’une oreille attentive parmi ces jeunes, persuadés d’avoir chacun un rôle à jouer dans le changement de paradigme qui est en train de s’opérer dans nos sociétés, à leur échelle. Utilisation des réseaux sociaux, réduction des déchets alimentaires, co-voiturage, aucun sujet n’est passé sous le tapis. “Si vous voulez changer le monde, commencez par vous-même. Vous êtes tous des leaders, à vous d’impacter votre famille, vos amis, votre entourage. Les grands défis se résolvent grâce aux plus petites solutions.”, entendait-on dans la bouche de Mohammed Alkhalid. Un sentiment de responsabilité contagieux…

 

Sarah Cocker

Sarah Cocker lors du Youth Green Summit.

Du concret pour aider à se projeter 

Après une matinée plutôt “descendante” (ce qui n’enlève rien à la richesse du programme de conférences et du plateau d’intervenants, la place a été laissée à l’action, comme pour faire écho à l’urgence climatique dans laquelle nous nous trouvons). Et puisque l’heure n’est plus aux discours, les jeunes -étudiants comme professionnels- se sont répartis en groupes pour procéder à des ateliers sur différentes thématiques, telles que la préservation de la vie marine, la reforestation, ou la réhabilitation des terres. 

Le plus en vue était indéniablement cette compétition réalisée entre 17 groupes de jeunes sur l’outil EN-roads développé par le MIT. Cet outil permet, selon Laurent Richard, le Directeur d’Albedo qui encadrait les participants, de stimuler la prise de décision autour de points clés de la société tels que l’agriculture, l’industrie, ou encore la déforestation. Pour ce faire, l’outil place les utilisateurs face à des simulations en temps réel, des prédictions de l’impact environnemental desdites décisions, comme l’augmentation de la température, ou celle du niveau de la mer.

À l’issue de la compétition, -on notera que les 4 groupes qui ont terminé en tête ont réussi à trouver un mix leur permettant de rentrer dans le cadre des accords de Paris, soit une augmentation de température inférieure à deux degrés d’ici à 2050-, un concert du chanteur et activiste du développement durable AY Young est venu clôturer la journée.