Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Découvrez la bsissa, ce mets typiquement tunisien

Cette pâte marron est appelée bsissa en Tunisie, mais est également consommée dans le reste du Maghreb, où elle porte des noms différents : zammita en Libye, sellou au Maroc, rouina en Algérie. C’est un mets habituellement consommé pendant ramadan en raison de ses multiples vertus nutritives, et qui semblerait être apprécié des berbères d’Afrique du nord depuis l’antiquité. 

Une recette unique au monde

Elle a la consistance d’une pâte et la couleur du chocolat, mais il n’en est rien. Comme beaucoup de plats traditionnels du Maghreb, la recette de la bsissa – et même son nom – diffère selon les pays. Néanmoins, la recette de base reste la même : un mélange de farine de blé ou d’orge, de pois chiches et de différentes épices (coriandre, fenouil, anis), qu’une bonne dose d’huile d’olive transforme en cette pâte granuleuse. Ce savoureux mélange fait de la bsissa un plat particulièrement riches en protéines. 

Très appréciée en Tunisie, la bsissa a un goût différent selon les régions du pays. Dans le sud, sur l’île de Djerba, hors de question de la cuisiner sans lentilles ni une pointe de sel, car la bsissa est considérée comme un plat salé. Dans le nord du pays, elle est au contraire appréciée comme un plat du petit-déjeuner, donc plus sucrée. Et comme chaque recette traditionnelle, la bsissa s’adapte à l’évolution des goûts et de la cuisine : aujourd’hui, on retrouve même des recettes à base de chocolat et de cacao, pour ravir les plus jeunes (et les plus gourmands).

 

Un mets qui date de l’antiquité 

Il est toujours difficile de dater l’apparition d’un plat ou d’une tradition culinaire d’un pays. En ce qui concerne la bsissa, des trouvailles historiques montrent qu’elle était déjà consommée en Tunisie il y a… plusieurs centaines d’années ! En effet, des mosaïques romaines mettant en scène la création de la bsissa ont été retrouvées dans la région.

Et manifestement, ce plat a survécu aux époques, aux traditions, et même aux civilisations ! La bsissa fait d’ailleurs partie d’une coutume culinaire du mois de ramadan. Très riche en vitamines et en protéines, elle est consommée pour rompre le jeûne, en fin de journée, ou bien au contraire pour la débuter, et pouvoir ainsi tenir toute la journée sans manger. 

Petit conseil si vous souhaitez essayer la bsissa : ajoutez-y des dattes, pour encore plus de saveurs (et de calories !)