Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Ahaad Alamoudi : « La culture web a un énorme impact sur l’art et sur notre société »

Ahad Al Amoudi fait partie de la nouvelle génération d’artistes saoudiens aimant croiser tradition et modernité. De passage à Paris, elle expose ses dernières oeuvres au salon YIA - Young International Art Fair.

La jeune artiste Ahaad Alamoudi a grandi entre l’Angleterre et l’Arabie saoudite. A travers son art, elle aime explorer la jeunesse saoudienne, influencée à la fois par sa culture traditionnelle et par la culture web.

En combinant l’artisanat saoudien à des installations visuelles, Alamoudi met en lumière le patrimoine saoudien et son évolution au fil du temps. Après un diplôme en design graphique de l’université de Dar Al-Hekma en 2014, elle est actuellement étudiante en Master en gravure au Royal College of Art de Londres.

Comment la culture web – les gifs, Wikipédia, le web design en général – peut avoir un impact sur l’art ? Et comment l’utilisez-vous ?

Ahaad Alamoudi : Je pense que l’espace virtuel et la culture web de manière générale ont un énorme impact, pas seulement sur mon art, mais aussi sur la société dans son ensemble. Ils permettent de créer du lien et de faciliter la communication entre la jeunesse et les différentes générations, mais aussi avec d’autres personnes aux quatre coins du monde.

C’est un bel espace, où dans un sens, toutes les particularités sont rassemblées et exposées. J’aime comparer la réalité de la vie en Arabie saoudite et ce qui se passe sur internet, et voir comment ces deux mondes se complètent ou s’opposent.

La culture web est l’héritière de la culture pop. Est-ce qu’elle crée une culture mondiale commune ?

Ahaad Alamoudi : Je pense qu’au-delà d’être fédératrice, c’est une fenêtre sur le monde. C’est une très bonne nouvelle pour l’Arabie saoudite, car maintenant le monde a accès à l’art saoudien et connaît mieux le Royaume.

C’est une grande source d’inspiration, car ça rend les gens curieux. Cela crée le dialogue et un pont entre les cultures.

Qui est l’artiste qui vous a le plus influencé, et pourquoi ?

Ahaad Alamoudi : Ma mère, je dirais. C’est une artiste, elle m’a appris les bases et m’a beaucoup soutenue, comme le reste de ma famille.

Je me rappelle que quand j’étais petite, elle aimait utiliser mes dessins pour les intégrer dans ses œuvres, donc je pense que c’est elle qui m’a plongée dans cet univers dès le plus jeune âge.

Quel est le vôtre message en tant qu’artiste ?

Ahaad Alamoudi : Je veux que mon art soit vecteur de remise en question. Je veux que mon travail captive le public, qu’il le fasse se questionner, analyser, etc.