Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

C’est quoi le fez, ce chapeau rouge en laine typique d’Afrique du Nord ?

macron fez tunis tarboosh

Si vous flânez dans les souks de la plupart des grandes métropoles du monde arabe, il y a de fortes chances pour que vous tombiez sur un étrange chapeau rouge, le fez. Ce couvre-chef est l'un des accessoires folkloriques les plus emblématiques de nombreuses sociétés arabes. Mais quelle est donc son histoire ?

Si le nom de « Fez » vous semble trop familier, rassurez-vous, ce nom n’a rien d’une coïncidence fortuite. Le chapeau tire son nom de la ville de Fès, dans le nord du Maroc, d’où il serait originaire.

La ville de Fès était un centre urbain très important pour les Andalous qui s’y sont installés. Mais les vagues de migration andalouse ne se sont pas arrêtées là. En effet, le chapeau du fez a été popularisé avec les migrations mauresques du Maroc vers l’est, apportant avec eux leur savoir-faire de la confection de ce chapeau de la ville marocaine. Ceux-ci se sont installés principalement en Tunisie. À mesure que le pays est passé sous la tutelle des Ottomans et a par conséquent multiplié les échanges avec Istanbul et d’autres régions sous l’influence de cette dernière, la popularité du couvre-chef s’est étendue à toute la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, et c’est là que la fabrication du fez a connu une grande prospérité en se muant en une industrie à part entière, ce qui a rendu l’accessoire abordable pour un large public dans la région.

Plus qu’une simple coiffe

Bien que les chapeaux ressemblant au fez n’étaient pas totalement méconnus dans les Balkans sous influence Ottomane, le fez en provenance d’Afrique du Nord est devenu très apprécié dans les territoires de l’empire, et était arboré non seulement par les musulmans mais aussi par les juifs de la région. Parti de ses modestes débuts, il est rapidement devenu un symbole de modernité et de prestige, porté aussi bien par les civils que par les personnels militaires. Toutefois, au fil du temps, et particulièrement à la fin du XIXe siècle, il s’est également érigé en marque de traditionalisme, entraînant ainsi son bannissement temporaire pendant le XXe siècle dans des pays tels que la Turquie et l’Égypte après la proclamation du régime républicain dans ces deux pays.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par COLNAGHI (@colnaghi1760)

Une tradition tenace

Quoi qu’il en soit, le fez a perduré jusqu’à nos jours. Dans de nombreuses sociétés arabes, il fait partie intégrante du costume folklorique et est toujours porté lors d’occasions spéciales, notamment par les séniors. Le roi du Maroc le porte encore lors de cérémonies et d’événements diplomatiques. Le chapeau s’est même répandu dans d’autres parties du monde en dehors du monde arabe, notamment en Indonésie, où il est de coutume que tous les chefs d’État le revêtent.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marco Scarani (@marcoscarani)