Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Cinéma : Born a king, avant l’Arabie saoudite, il y avait le jeune Faisal

Présenté le 26 septembre prochain pour la première fois dans les théâtres du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, le film “Born a King” du producteur Vicente Gomez se veut le miroir de ce qu’est la véritable Arabie.

Il devait être le premier film projeté sur grand écran lors de l’ouverture des salles de cinéma saoudiennes. Born a King, le nouveau film du producteur Vicente Gomez, sera finalement présenté le 26 septembre prochain dans les théâtres du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. L’oeuvre du réalisateur espagnol Agustí Villaronga, qui révèle des événements peu connus de l’histoire de l’Arabie saoudite, raconte l’histoire d’un jeune roi de 13 ans, Faisal Al-Saoud, lors de sa mission diplomatique au Royaume-Unis en 1919.

“ Il y a beaucoup de stéréotypes sur le pays. Si le film surprendra les Saoudiens, alors imaginez les réactions européennes ou américaines ”
Vicente Gomez, producteur du film

Un film à la saoudienne

Si le film n’est pas une production saoudienne, Vicente Gomez a tout de même tenu à travailler conjointement avec des Saoudiens. Le producteur a ainsi fait le choix de s’entourer d’un romancier saoudien dans l’écriture du scénario du film. « J’ai commencé à écrire le scénario et je suis allé voir un romancier saoudien, Badr Al-Samary, qui m’a aidé et m’a guidé dans les premiers pas de l’histoire » a-t-il expliqué.

Tournées entre Londres et Riyad durant sept semaines, c’est dans la ferme même du prince Abdulaziz bin Fahad à Diriyah que la plupart des prises de vues ont été faites. L’équipe de tournage était d’ailleurs composée de 200 membres d’équipe dont la moitié étaient Saoudiens.

Disponible en langue arabe et en anglais, le film pourrait même prochainement se retrouver dans le catalogue de Netflix avec lequel la production est en pourparlers.