Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Coupe arabe : l’Algérie en finale après une fin de match totalement folle !

L’Algérie rejoint la Tunisie en finale de la Coupe arabe de football après une fin de match totalement rocambolesque contre le Qatar. Les Fennecs ont finalement remporté la victoire grâce à un but inscrit sur penalty à la … 17ème minute des arrêts de jeu ! Incroyable !

Ce jeudi, le Qatar recevait l’Algérie en demi-finale de la Coupe Arabe. Et avec une équipe remaniée, mais néanmoins favorite à la victoire finale, l’Algérie a eu fort à faire pour s’imposer, face à une sélection Qatari bien en place derrière, qui a su se créer des occasions dangereuses lors de ses phases offensives. 

 

Pourtant, au retour des vestiaires, ce sont bien les Fennecs qui ont été récompensés pour leur bon début de seconde mi-temps. Mais après l’ouverture du score à la 58ème minute, les verts commencent à trop défendre, avec pour objectif de protéger le score. Une stratégie qui aurait pu payer, avec des “si”. 

 

Si l’arbitre n’avait pas annoncé 9 minutes de temps additionnel, si la détermination des adversaires ne leur avait pas permis d’inscrire un but rageur, de la tête, à la 96ème minute. 

 

L’arbitre polonais de la rencontre à été la cible de vives critiques à l’issue du match. Crédits : BFM

 

Tout est à refaire 

 

À ce moment du match, plus rien n’est sûr. Du côté des bordeaux, l’espoir renaît. Dans le camp algérien, c’est tout un projet qui se voit remis en question. Il faut repartir à l’attaque, aller conquérir cette victoire qui les emmènera jusqu’en finale, pour affronter le voisin tunisien. 

 

Et les minutes, déjà longues, irrespirables, continuent de s’égrener, inexorablement. Après 9 minutes de temps additionnel, le jeu continue. Après 15 minutes, le jeu continue. Et la twittosphère de s’enflammer, réclamant la tête de l’arbitre polonais, Monsieur Szymon Marciniak. 

 

Le sélectionneur algérien Madjid Bougherra poussera d’ailleurs lui aussi un coup de gueule contre l’arbitrage, déclarant “incroyables” les 9 minutes annoncées de temps additionnel. 

 

Pourtant, à la 17ème minute de temps additionnel, l’homme en noir, comme pour se faire pardonner par tout un peuple, siffle une faute sur Brahimi dans la surface de réparation. Transformé en deux temps par Belaili à la … 108ème minute du match, ce penalty catapulte les algériens en finale, au terme d’un match intense au dénouement complètement fou.