Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Egypte : L’impressionnante parade des momies du Caire

Le Caire a fait un bond à travers les âges samedi dernier, à l’occasion du transfert d’une vingtaine de momies royales égyptiennes du Musée égyptien de la place Tahrir, au centre du Caire, au Musée national de la civilisation égyptienne à Fostat. Retour sur une opération hautement symbolique, mais également stratégique pour le pays.

Le rapatriement de 22 momies royales égyptiennes du Musée égyptien de la place Tahrir, au centre du Caire, au Musée national de la civilisation égyptienne à Fostat a été la source d’une grande mise en scène qui a attiré le regard du monde entier, et pour cause.

Ce qui aurait pu n’être qu’une formalité a au contraire pris la forme d’un véritable spectacle de son et de lumière, un défilé dans lequel les rois et reines de jadis ont tout retrouvé de leur stature et de leur gloire passées.

Du beau monde dans les gradins…

La cérémonie, qui a duré plus de quatre heures, a vu se relayer figurants en costumes, chars modernes spécialement affrétés pour l’occasion, et même des cortèges de chars antiques, tirés par des chevaux, le tout sous le regard des responsables de l’agence culturelle de l’ONU, l’UNESCO, et de l’Organisation mondiale du tourisme qui étaient présents à la cérémonie, ainsi que d’autres personnalités comme le président Abdel Fattah al-Sisi.

Comme pour une cérémonie officielle, 21 salves de canon ont retenti lors de l’arrivée des momies dans le nouveau musée.

 

… et du beau monde sur la piste

Du côté des reliques, tout justifie qu’un tel dispositif se soit mis en branle. L’un des pharaons transportés pendant la cérémonie n’était autre que le roi Ramsès II, très populaire chez les férus d’histoire antique, qui a régné sur l’Égypte pendant 67 ans et a signé le premier traité de paix. Le plus ancien des vestiges à avoir traversé le Caire sous les yeux du monde entier est Séqénenrê Tao, qui a régné au 16e siècle avant Jésus-Christ.

Si l’objectif de la cérémonie était bien de transférer les pharaons dans un musée plus moderne, les autorités égyptiennes avaient à cœur de montrer le pays sous son meilleur jour afin de booster son attractivité, espérant que ce spectacle permettra de revitaliser le tourisme dans un pays encore meurtri par les troubles politiques et la pandémie de coronavirus.