Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

La culture du palmier dattier à travers le monde arabe entre au patrimoine immatériel de l’UNESCO

Mercredi dernier, le comité du patrimoine immatériel de l’humanité de l’UNESCO s’est réuni à Bogota, en Colombie, afin de statuer sur les nouvelles additions à la liste. Le monde arabe était au centre des débats puisque le palmier dattier, et la culture qui l’entoure, ont été officiellement reconnus par le comité.

“Le palmier dattier, les connaissances, les compétences, les traditions et les pratiques ont joué un rôle central dans le renforcement des liens entre les peuples et la terre dans la région arabe, en les aidant à faire face aux défis de l’environnement désertique rigoureux”. C’est ce qu’a déclaré l’agence des Nations Unies lors de la réunion annuelle du Comité du patrimoine immatériel à Bogota, en Colombie.

L’objectif est de rendre hommage à des arbres, symboles de la région, qui ont assuré la subsistance de populations entières dans certaines des régions les plus chaudes du monde. Parmi les pays concernés, on retrouve notamment l’Arabie saoudite, le Bahreïn, l’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Iraq, la Jordanie, le Koweït, le Maroc, le Mauritanie, le Oman, les territoires palestiniens, le Soudan, la Tunisie et le Yémen.

Les premiers palmiers dattiers seraient apparus près d’Ur dans le sud de l’Irak, près de 4000 ans avant J-C.

Salutaires pour l’homme

“Les palmiers dattiers se rassemblent dans des oasis de différentes densités dans les zones désertiques, ce qui indique la présence de niveaux d’eau propices à l’irrigation. En conséquence, cela a aidé l’humanité à s’installer malgré des conditions difficiles”, ont écrit les nations précitées dans leur déclaration de candidature.

Vieux comme le monde

Les premiers palmiers dattiers ont existé depuis 4 000 ans avant Jésus-Christ et seraient apparus près d’Ur dans le sud de l’Irak, l’ancienne région de Mésopotamie. Considéré comme un symbole d’hospitalité et de prospérité dans les pays du monde arabe, il serait également, selon les Nations Unies, l’arbre cultivé le plus ancien de la région.