Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie Saoudite. Décalé. Innovant.

L’industrie touristique saoudienne en pleine métamorphose

Riyadh

Riyadh

Après avoir longtemps conduit une politique de fermeture vis-à-vis des touristes étrangers, l’Arabie saoudite rebat les cartes de son attractivité. Soumise à une forte pression due à la chute des cours des produits pétroliers, elle a engagé en 2016 un vaste programme visant à assurer la diversification de son économie, sous le nom de « Vision 2030 ». 

Dans le secteur touristique, les premières actions ne se sont pas fait attendre : le Royaume a annoncé au début de l’année 2017 plusieurs projets de grande envergure pour transformer le secteur, dont les revenus devraient atteindre 81 milliards de dollars d’ici 2026.

Après avoir longtemps conduit une politique de fermeture vis-à-vis des touristes étrangers, l’Arabie saoudite rebat les cartes de son attractivité. Soumise à une forte pression due à la chute des cours des produits pétroliers, elle a engagé en 2016 un vaste programme visant à assurer la diversification de son économie, sous le nom de « Vision 2030 ».

Dans le secteur touristique, les premières actions ne se sont pas fait attendre : le Royaume a annoncé au début de l’année 2017 plusieurs projets de grande envergure pour transformer le secteur, dont les revenus devraient atteindre 81 milliards de dollars d’ici 2026.

Devenir un acteur majeur du tourisme à l’échelle régionale et internationale

Dirigée par le Prince Sultan Mohammed Ben Salmane Al Saoud, la Commission saoudienne pour le Tourisme et l’Héritage national (SCTH) doit permettre au Royaume d’affirmer son influence culturelle et son attractivité au niveau régional, constituant ainsi un apport de poids pour l’économie nationale et l’emploi.

Avec un lancement officiel il y a quelques mois, les axes stratégiques du programme Vision 2030 ont ainsi signé l’accélération sans précédent d’une dynamique déjà engagée depuis 2004 dans le secteur.

Une industrie touristique en transformation
  2004 2016 Variation
Revenus issus de l’industrie touristique en Arabie saoudite SR57.3 billion
($15.3 billion)
SR166.8 billion
($44,5 billion)
x 2,9 (+291%)
Nombre de licences accordées aux acteurs du secteur 1402 6454 x 4,6 (+460%)
Nombre d’acteurs internationaux de l’hôtellerie 8 (2002) 25 x 3,12 (+312%)

Cette démarche d’ouverture n’a pas échappé aux acteurs internationaux de l’hôtellerie : si on comptait seulement 8 groupes étrangers présents dans le Royaume en 2002, ils sont aujourd’hui plus de 25 à y opérer. Une telle évolution a été également soutenue par le tourisme religieux, très important dans le pays, ainsi que par l’augmentation constante du tourisme domestique (47,5 millions de déplacements recensés en 2016).

Des objectifs ambitieux tant pour le tourisme domestique qu’international

Estimation de l’évolution annuelle du tourisme domestique jusqu’en 2020 7,5%
Estimation de l’évolution annuelle du tourisme international jusqu’en 2020 6,1%

Des objectifs colossaux pour l’emploi

Malgré une augmentation de près de 300% des emplois dans le secteur du tourisme depuis 2004, le Royaume d’Arabie saoudite ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. En effet, les autorités tablent sur une augmentation de ce chiffre d’encore 30% d’ici à 2020, pour atteindre 1,2 million de personnes.

Pour atteindre cet objectif, Saudi Aramco, le groupe pétrolier saoudien, a d’ores et déjà annoncé la mise en place d’un centre de formation dédié aux métiers du tourisme, qui assurera la formation de près de 5 000 filles et garçons du Royaume au cours des quatre prochaines années.

Une multiplication des investissements infrastructurels

Lors du salon Arabian Travel Market, en avril 2017, l’Arabie saoudite a révélé un certain nombre de chantiers à venir pour soutenir sa transformation : parcs d’attractions, centres commerciaux et gratte-ciels monumentaux (la Kingdom Tower de Djeddah devrait devenir la tour la plus haute du monde) y figurent en bonne place.

Présenté au début du deuxième trimestre, le dernier projet du Royaume promet d’être tout aussi spectaculaire : une cité entièrement dédiée au divertissement (culture, loisir, sport), au sud-ouest de la capitale, dont la superficie devrait atteindre 334 km2, soit trois fois la taille de Paris intramuros.

Qualifiée de « capitale des aventures futuristes » par le ministre de la Défense Mohammed Ben Salmane Al Saoud, la première pierre des travaux devrait être posée en 2018, pour une inauguration officielle du projet au cours de l’année 2020.