Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Longtemps abandonnée, la demeure saoudienne de Lawrence d’Arabie vient d’être restaurée

S’il est une figure occidentale qui a marqué par son intérêt pour le monde arabe, et ses voyages en Terre d’Orient, c’est certainement Lawrence d’Arabie. L’officier de renseignement britannique Thomas Edward Lawrence a connu ses principaux faits d’armes pendant la grande révolte arabe entre 1916 et 1918. Sa demeure saoudienne vient d’être restaurée, et elle sera bientôt visitable par le public.

Dans la ville côtière de Yanbu, en Arabie Saoudite, le rendu blanc brillant et les écrans en bois sombre d’une maison récemment restaurée se détachent sur une rangée d’immeubles détruits délabrés.

Il s’agit d’une maison rendue célèbre par son ancien résident : Lawrence d’Arabie. L’officier anglais qui, par ses récits d’armes et de voyage, a inspiré toute une génération d’amateurs de voyages et de récits d’aventure, notamment au travers du film de David Lean sorti en 1962, qui a rencontré un immense succès et raflé pas moins de sept oscars.

Une figure emblématique, donc, des voyages en Orient pour les occidentaux, parti initialement au Liban en 1910 pour une mission d’archéologie, (c’est dans ce cadre qu’il apprit l’arabe) et revenu dans la région en 1914 pour le compte de l’armée britannique. C’est en juin 1916 qu’il est envoyé dans le désert afin de rendre compte de l’activité des mouvements nationalistes arabes. Durant la guerre, il combat avec les troupes arabes sous le commandement de Fayçal ibn Hussein, un fils d’Hussein ibn Ali (chérif de La Mecque) qui mène une guérilla contre les troupes de l’Empire ottoman.

 

Une demeure abandonnée

Au cours du siècle dernier, l’élégante maison à deux niveaux qu’il habita à Yanbu est devenue une ruine, s’effondrant malgré les appels des historiens pour protéger le site, restaurer la maison et l’ouvrir au public.

« Nous venons de terminer la première phase de restauration et nous espérons que d’ici la fin de l’année, elle sera prête à accueillir les visiteurs », explique Ahmed Al Mahtout, le maire local. à The National. « La résidence tire sa valeur de son histoire et beaucoup de touristes étrangers aimeraient se trouver dans la maison de l’officier de renseignement britannique.

Mais la maison abandonnée depuis longtemps est également le foyer d’une rumeur locale persistante selon laquelle, après le départ de Lawrence, le bâtiment était habité par des fantômes qui hantaient toute personne qui s’approchait. De quoi ravir les amateurs du genre qui ne manqueront pas de venir se faire frissonner à chaque grincement et autres courants d’air.

 

Une ville peu connue mais non négligeable

La ville de Yanbu est connue dans la région pour sa riche histoire, qui remonte à au moins 2 500 ans. Son histoire la plus ancienne place Yanbu comme une étape sur la route des épices et de l’encens du Yémen à l’Égypte et à la Méditerranée. Pendant la révolte, la ville a servi de base de ravitaillement et d’opérations pour les forces arabes et britanniques qui combattaient l’Empire ottoman.

Aujourd’hui, Yanbu est un centre industriel majeur avec trois raffineries de pétrole. Mais les rivages de sable blanc de la ville et les eaux bleues époustouflantes de la mer Rouge en font également une destination populaire pour les amateurs de plage, les nageurs et les plongeurs.