Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie Saoudite. Décalé. Innovant.

Pourquoi Uber aime les femmes saoudiennes

femme, voiture, uber

Photo promotionnelle pour Uber en Arabie Saoudite, représentant une femme à l'arrière d'une voiture.

En juin 2016, le fonds souverain d’Arabie saoudite annonçait sa décision d’investir près de 3,5 milliards de dollars dans Uber, la société américaine de réservation de voiture avec chauffeur. Un investissement qui s’inscrit dans la stratégie de diversification hors pétrole de l’économie du pays, mais qui répond aussi à un enjeu de société en matière de droit des femmes.

La condition des femmes progresse peu à peu en Arabie saoudite. Mais si les Saoudiennes ont obtenu le droit de vote en 2011 et peuvent désormais voyager et étudier à l’université sans demander la permission de leur tuteur, elles ne disposent pas encore du droit de conduire. Une interdiction résultant d’un édit religieux de 1990 levée le 26 septembre dernier par un décret royal qui entrera en vigueur en juin prochain.

Cette prescription s’est révélée un obstacle majeur pour l’accès au marché du travail des femmes. Les ménages les plus modestes ne disposent pas des moyens d’employer un chauffeur et les transports autres que la voiture individuelle restent souvent peu développés dans les villes.

Une avancée positive pour la condition des femmes en Arabie saoudite

Dans ce contexte, l’arrivée d’Uber en Arabie saoudite en 2013 s’est révélée une petite révolution pour les Saoudiennes. En offrant un mode de transport alternatif pratique, sûr et peu coûteux, Uber a donné aux femmes du Royaume l’opportunité de se déplacer plus facilement pour aller au travail ou à l’université.

Principal avantage par rapport aux taxis, Uber informe ses clients sur la réputation et l’historique de ses chauffeurs. Un vrai gage de sécurité plébiscité par les utilisatrices de l’application : 80% des clients du service en Arabie saoudite sont aujourd’hui des femmes.

Un enjeu de modernisation pour le Royaume saoudien

L’investissement massif du pays dans Uber (à hauteur de 5% de la valeur de l’entreprise) répond à un enjeu de modernisation du pays. Dans le cadre du plan Vision 2030, le pays cherche en effet à réduire sa dépendance au pétrole et à diversifier son économie en investissant dans les nouvelles technologies.

À l’heure où moins de 20% des femmes exercent un emploi, il est essentiel pour l’Arabie saoudite de faciliter leur accès au marché du travail. Un taux que le plan « Vision 2030 » entend au moins doubler dans les prochaines années en aidant notamment les Saoudiennes à se déplacer plus facilement.