Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

3 choses à savoir sur la mission spatiale des EAU au jour du lancement

Alors que les Emirats arabes unis s’apprêtent à envoyer aujourd’hui leur premier astronaute dans l’espace, à bord d'un vaisseau spatial Soyouz-MS 15 qui partira de Baïkonour, Kazakhstan, voici quelques informations utiles sur le lancement.

1. Le choix du premier astronaute Émirati : une opération sélective

Fin 2017, Cheick Mohammed bin Rashid, vice-président des Emirats arabes unis et émir de Dubaï a lancé le programme d’astronautes des Emirats arabes unis afin de trouver qui serait le premier homme du pays à voyager dans l’espace. Au total, 4 022 hommes et femmes âgés de 17 à 67 ans ont effectués des séances d’entraînement, des tests et des entretiens.

Crédits : The National

Parmi les deux finalistes, Hazza Al Mansouri, un ancien pilote militaire âgé de 34 ans et Sultan Al Neyadi, docteur en technologie de l’information et ancien ingénieur des Forces armées des Émirats arabes unis de 38 ans, c’est finalement le major Al Mansouri qui a été sélectionné en avril comme astronaute principal. Le docteur Al Neyadi a quant à lui obtenu la place de suppléant. 

2. La préparation intensive des astronautes

Pendant près d’un an, l’astronaute et son remplaçant ont suivi un entraînement intense pour cette mission de huit jours. 

Un entraînement linguistique d’abord, avec l’apprentissage de la langue russe, condition essentielle pour pouvoir communiquer avec le centre de contrôle au sol et les autres membres de l’équipage.

Un entraînement physique ensuite, puisqu’en plus des visites quotidiennes au gymnase pour rester en forme, le binôme a passé du temps dans une centrifugeuse humaine, un énorme bras rotatif qui tourne à une vitesse de 96 km / h pour simuler la force de gravité de soulèvement qui est trois fois celle de la gravité sur Terre.

Crédits : The National

Enfin, un entraînement de survie. Les astronautes ont appris des techniques de respiration spécifiques pour faire face au stress causé par les forces d’accélération, appris à gérer les évacuations de l’ISS et d’autres situations d’urgence. De même, le Major Al Mansouri et le Docteur Al Neyadi ont passé trois jours dans une forêt pour apprendre à survivre dans des conditions hivernales rigoureuses, en cas d’atterrissage brutal dans un environnement hostile.

3. Le Major Al Mansouri dans l’espace : une mission décisive

Accompagné du commandant russe Oleg Skripochka et de l’astronaute américaine Jessica Meir, le Major Al Mansouri transportera avec lui plusieurs articles liés au patrimoine, à la culture et à l’histoire des Emirats arabes unis. Parmis ces articles, le drapeau et les logos du pays, qui seront placés dans des musées ou distribués aux dirigeants des EAU lors du retour du Major sur Terre, trente graines d’arbres Al Ghaf qui seront plantées pour célébrer l’année de la tolérance, de la nourriture émiratie, qui sera servie au reste des astronautes de l’ISS dans le cadre d’un échange culturel mais également une photo du père fondateur des Emirats Arabes Unis Cheikh Zayed avec une délégation d’astronautes d’Apollo, prise en 1976.

Crédits : The National

Tous embarqueront ensuite dans le vaisseau spatial Soyouz-MS 15 au cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan deux heures avant d’obtenir l’autorisation de décoller, à 17 h 56, heure des Émirats arabes unis. Ils parcourront environ 400 km jusqu’à l’ISS et arriveront vers minuit.

En plus de son rôle à bord de la navette spatiale Soyouz de second mécanicien de bord de Jessica Meir et Oleg Skripochka, le Major Al Mansouri réalisera 16 expériences scientifiques tout au long de sa mission, dont notamment celles en lien avec le corps humain et celles liées à l’effet de la microgravité sur la croissance des cellules. Six d’entre elles seront conduites en microgravité, à bord de l’ISS, dont les résultats seront comparés à ceux réalisés sur Terre. De quoi apporter des nouveaux éléments à la recherche scientifique.