Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

A 6 000 mètres d’altitude, les Saoudiennes s’émancipent

Un an après avoir obtenu le droit de conduire dans le Royaume, les saoudiennes viennent d’être autorisées par décret du roi Salman bin Abdulaziz Al Saoud de détenir des passeports et de voyager à l’étranger sans l’autorisation préalable d’un homme comme le stipulait les traditions locales.

Un petit geste pour l’homme, un grand pas pour la femme. Le 1er août dernier, le roi d’Arabie Salman bin Abdulaziz Al Saoud a signé un décret accordant aux femmes saoudiennes le droit de détenir désormais des passeports et de voyager à l’étranger sans la permission au préalable d’un “tuteur masculin”.

Publié au Journal officiel par le gouvernement saoudien, le décret précise que le passeport saoudien sera délivré à tout citoyen qui en fait la demande et que toute personne au-dessus de 21 ans n’aura plus besoin d’autorisation pour voyager. Une décision saluée par de nombreuses personnes via les réseaux sociaux et en particulier par la princesse Reema, ambassadrice saoudienne aux Etats-Unis :

 

 

“Ces nouvelles réglementations marquent l’histoire. Ils appellent à un engagement égal des femmes et des hommes dans notre société. Il s’agit d’une approche holistique de l’égalité des sexes qui créera sans aucun doute un réel changement pour les femmes saoudiennes” – Reema Bandar Al-Saud, Ambassadrice du Royaume aux Etats-Unis.

Une avancée peut en cacher une autre

Conformément à la réforme Vision 2030 et à la volonté d’améliorer le statut des femmes saoudiennes dans le Royaume, le gouvernement est allé encore plus loin en apportant des modifications à ses lois concernant le travail et le droit civil.

A partir de la fin du mois d’août, les saoudiennes vont également être en mesure d’enregistrer les naissances, les mariages ou les divorces, et se voir délivrer des documents familiaux officiels. Elles pourront en outre être reconnues comme tutrice d’enfants mineurs. S’agissant du droit du travail, le Royaume a déclaré que, dorénavant, tous les citoyens pourraient travailler sans subir de discrimination fondée sur le sexe, le handicap ou l’âge.