Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

A Djeddah, un club de cyclisme féminin encourage les femmes à prendre le guidon

A Djeddah, les femmes se préparent à conduire elles-mêmes leur voiture en 2018. Entre temps, elles s'entraînent avec le vélo. Il s'agit de Bisklita (bicyclette), un groupe fondé par Nadima Abu El-Einein, une passionnée de vélo

Ouvert à toutes celles qui le désirent, Bisklita permet aux femmes de pratiquer leur sport de prédilection ou tout simplement de découvrir la discipline. Le club est également un moyen de briser le monopole masculin sur le sport et d’attaquer les préjugés concernant la pratique féminine, en revendiquant le droit s’entraîner dans l’espace public.

L’entraide est une valeur fondamentale pour les femmes qui gèrent aujourd’hui la structure et font vivre le projet malgré les difficultés et les oppositions qu’elles ont pu rencontrer. « Rien dans l’Islam n’interdit la pratique sportive », souligne Nadima Abu El-Einein, fondatrice du club et passionnée de vélo depuis l’enfance, à l’image de la petite Wadjda du film d’Haifaa Al Mansour.. .

Des enjeux sociaux et sportifs

L’idée de solidarité et d’ouverture est au coeur du projet. Cependant, l’enjeu sportif en soi n’est pas à négliger : le but de Bisklita est aussi d’inciter les saoudiennes à pratiquer une activité sportive régulière et de leur en donner les moyens.

Selon une étude menée par le Centre d’information nationale pour la santé pour le ministère saoudien de la Santé, seulement 29% des Saoudiennes pratiquaient une activité physique quotidienne en 2014. Ce chiffre devrait augmenter à mesure que les structures de pratique sportive se développent pour les femmes dans le Royaume. L’introduction en 201 de cours d’éducation physique à l’école pour les filles devrait également soutenir ce mouvement.

Les réseaux sociaux pour développer le projet

Si le groupe compte aujourd’hui une trentaine de membres, c’est en grande partie grâce aux réseaux sociaux, qui ont servi de catalyseur au projet. Tout a commencé avec une page Instagram, sur laquelle Nadima Abu El-Einein publie des photos des sorties à vélo.

La page qui est vite devenue populaire, à la grande surprise de la jeune femme. « Au départ, les gens ont été surpris de nous voir sur la route, raconte Nadima. Puis, ils sont devenus de plus en plus encourageants. » L’application WhatsApp a facilité la mise en place du projet, notamment pour permettre aux membres du groupe de fixer les rendez-vous hebdomadaires. Un compte Twitter permet également de suivre les évolutions de Bisklita. Le message épinglé sur la page est clair : « Faites ce que vous aimez. Restez fortes et positives, n’abandonnez jamais ».