Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Alia Mohamed, une artiste libano-américaine virtuose de la danse du ventre

Credits : Chaîne Youtube d’Alia Mohamed

Bien connue de la scène nocturne de Los Angeles, Alia Mohammed, une danseuse d’origine libanaise, est en train de révolutionner la pratique de la danse du ventre. Kawa News dresse le portrait de cette artiste qui mêle malice et modernité pour donner un nouveau souffle à cette danse orientale souvent considérée comme ancienne et traditionnelle.

Un parcours personnel atypique

Si Alia Mohammed est aujourd’hui une danseuse réputée pour son talent, notamment en matière de danse du ventre, cela est tout sauf hasard. L’artiste, qui a eu l’honneur d’avoir un papier à son nom dans le magazine américain Vogue, a un parcours de vie atypique.

Née au Texas, Alia grandit aux côtés d’un père artiste et joueur de doumbek, un tambour libanais. Elle se familiarise rapidement avec la musique traditionnelle arabe et ses diverses pièces rapportées que sont la danse et la chorégraphie. A l’adolescence, elle hérite de la collection de disques de son père et de sa grand-mère, dont elle s’inspirera plus ou moins directement pour réaliser ses visuels. Durant sa scolarité universitaire à l’Université d’Austin, elle décide de prendre des cours de danse du ventre mais ne pense alors pas en faire son métier.

 

 

Pour Alia, la danse est avant tout une passion et non un métier comme elle l’a confirmé dans l’interview qu’elle a accordé à Vogue : « Je n’ai jamais pensé que c’était une carrière. J’ai été licenciée de mon travail et ce fut une bénédiction déguisée. Je me suis dit : Essayons la danse du ventre et voyons si je peux en tirer de l’argent. J’ai commencé à le faire et à en tirer profit ».

 

Des influences puisées dans la diversité des cultures moyen-orientales

Pour réaliser ses performances exceptionnelles, Alia Mohammed s’inspire de productions artistiques du monde arabe du siècle dernier. Toujours dans son papier dans Vogue, elle dit s’inspirer de musiciens arabes des années 70 comme Omar Khorshid et Elias Rahbani ou encore de Mohammed Abdel Wahab et Abdel Halim Hafez des années 50 et 60, deux artistes originaires d’Égypte.

 

 

Son style de danse, lui, a été énormément influencé par des clips de danse du ventre du cinéma égyptien des années 50 et des images de danseuses du ventre turques des années 80. Les looks les plus osés de son répertoire sont un clin d’œil aux années 70 et 80, tandis que les décolletés plus modestes et les costumes bouclés rendent hommage au style des années 40 et 50. Les références culturelles et historique sont assumées par la danseuse, pour qui il est important de rester fidèle aux origines des costumes de danse du ventre plutôt que de se pencher sur les techniques modernes.

 

Alia Mohammed a participé à de nombreux spectacle, elle a notamment joué au théâtre Orpheum de Los Angeles l’année dernière. Elle a également illuminé de son talent Electric Hamsa, un événement futuriste arabe à Dallas, en janvier dernier. Plus récemment, elle a travaillé avec Mortezaie et DJ Shiva sur une pièce d’art vidéo inspirée des infopublicités persanes des années 80. « Nous avons combiné des éléments futuristes avec de la musique et de la danse arabe traditionnelle », explique Mohamed, qui a monté et animé le clip.

Retenez bien le nom de cette artiste, il se pourrait bien qu’elle devienne une star mondiale d’ici quelques années.