Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Arabie saoudite : elle quitte son métier de dentiste pour devenir la première DJ du pays

DJ Nouf Sufyani

Si vous aviez croisé Nouf Sufyani il y a quelques années, c’est entre les murs blancs et stériles de son cabinet dentaire que vous l’auriez rencontrée. Aujourd'hui, cette Saoudienne a troqué ses spatules et racloirs pour des platines et son titre de docteur pour le nom de scène de Cosmicat. Portrait. 

Connue sous son nom de scène Cosmicat, la jeune femme de 27 ans, originaire de Djeddah, a pleinement adopté son nouveau titre de “première femme DJ d’Arabie saoudite« . En vraie pionnière, elle incarne la libéralisation fulgurante du royaume.

Passionnée de musique électronique depuis l’enfance, Nouf a pourtant suivi un parcours professionnel traditionnel, loin de toute forme d’expression artistique. La faute à une discipline – le DJing – peu développée en Arabie saoudite, mais surtout à une pression sociale omniprésente. C’est après avoir rencontré un groupe d’artistes de musique électronique à Djeddah que tout a basculé.

« Tout a changé après ça », raconte-t-elle à Vice Arabia

Inspirée par le style de vie et la musique de ses nouveaux acolytes, Nouf Sufyani investit rapidement dans un contrôleur DJ pour s’initier à l’électro et la techno. En autodidacte, la dentiste parfait sa connaissance du DJing et son style, en dévorant les vidéos Youtube, en épluchant les forums dédiés, et parfois en se faisant conseiller par ses amis. 

Pendant un certain temps, elle jonglera même entre deux vies : Dr. Sufyani, dentiste, le matin et Cosmicat, DJ, la nuit.

 

 

La notoriété de Cosmicat s’est rapidement imposée dans le milieu de la nuit, attirant l’attention du Middle East Broadcasting Center (MBC), une des principales chaînes de télévision de la région. En l’invitant à animer une de leurs nouvelles émissions, MBC a changé le cours de sa carrière en la propulsant vers le devant de la scène. 

“Youth Hub” est diffusée chaque semaine depuis le Liban, où elle se rend régulièrement depuis Djeddah. Malgré la distance, cette opportunité dans l’industrie du divertissement lui permet de se consacrer entièrement à son art créatif.

 

Les changement ne se font pas du jour au lendemain

Malgré le soutien de ses proches, Cosmicat admet toutefois qu’elle a rencontré de fortes critiques en Arabie saoudite, pays pourtant en pleine ouverture sociale.

« Certains m’ont dit que je ne faisais que m’amuser, d’autres que mon travail de DJ n’irait pas loin en tant que femme saoudienne. Mais je n’ai jamais laissé cela m’affecter”, se confie-t-elle à Gulf News. 

 

 

La critique n’a certainement pas réussi à ralentir Cosmicat. En se confiant à Vice, l’artiste y fait même face : « J’essaie de leur montrer que les temps ont réellement changé. »  

Et la DJ ne croit pas si bien dite. En décembre dernier, elle se produit pour la première fois en direct devant 130 000 personnes au MDL Beast, à Riyadh. Une première confirmée plus tard à White Oasis, le premier festival de musique électronique en Arabie saoudite, en tant que seule femme DJ à l’affiche.

 

Les temps ont réellement changé.