Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Arabie saoudite : l’école publique saoudienne permet désormais aux femmes d’enseigner aux jeunes garçons

Source : Ministère de l'Education.

Après quatre mois de vacances d’été, environ 6 millions d’élèves dans les 13 régions administratives du royaume sont de retour à l’école. L’occasion pour eux d’assister à un changement majeur pour l’Arabie saoudite : les femmes peuvent désormais enseigner auprès de jeunes garçons dans le public.

Qui dit rentrée dit nouveauté. A compter de la rentrée 2019, les enseignantes saoudiennes pourront, pour la première fois, prendre en charge des classes de jeunes garçons et ce dans les quelque 1 460 écoles publiques que compte le royaume. Cette réforme ne concerne, pour l’heure, que 13,5% de jeunes garçons mais il s’agit d’une nouvelle victoire pour les Saoudiennes qui permettra également d’économiser près de 2 milliards de riyals sur le budget de l’éducation.

« La petite enfance est l’étape la plus importante dans la construction de la personnalité d’un enfant. Une enseignante est plus abordable et moins intimidante pour les jeunes garçons à ce stade »
Suaad Al-Mansour, directrice général adjointe de l'éducation à Djeddah

Une meilleure qualité d’éducation pour les jeunes Saoudiens

Cette avancée majeure s’inscrit dans le cadre d’un projet plus global de réforme de l’éducation nationale saoudienne. Parallèlement à cette initiative, le ministère de l’Eduaction a notamment créé 3 313 classes de jardin d’éveil en vue d’accueillir 83 000 enfants et espère également augmenter cette année de 21% le taux de scolarisation des enfants dans les écoles maternelles publiques.

« Avec ce projet, le ministère de l’Éducation vise à améliorer l’efficacité du système éducatif et à garantir à chaque enfant l’accès à une éducation de qualité dans tout le royaume »
Suaad Al-Mansour, directrice général adjointe de l'éducation à Djeddah

Si l’école publiques saoudienne semble prendre la voie de la modernisation, de nombreuses écoles privées à travers le royaume permettaient déjà aux femmes d’enseigner à des classes mixtes.