Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Cette artiste colore les murs de Bagdad

La ville ultra-bétonnée a regagné des couleurs grâce à cette artiste irakienne. Une quinzaine de fresques murales colorées ont fleuri en plein cœur de la capitale, en rendant hommage à des architectes, poètes, peintres et intellectuels d’Irak et d’ailleurs.

Wijdan al-Majed, plutôt habituée à exposer ses peintures acryliques et aquarelles dans des galeries restreintes au public, a décidé de consacrer son art à ceux qui marchent dans la rue. L’artiste applique sur les murs de Bagdad ses convictions artistiques : ouvrir l’art à toutes les catégories sociales, apporter de la joie et de la couleur à des lieux qui ont subi des années de violence, et marquer sur les murs la trace de personnalités qui ont lutté pour la paix et le progrès.

 


Une initiative pour relancer la beauté de l’Irak

Le projet a été lancé par la municipalité de Bagdad il y a moins d’un an. Le maire de la capitale irakienne, Alaa Maan, aspirait à faire jaillir « la beauté dans la ville, transposer l’art dans la rue, éliminer la couleur grise, la couleur de la poussière ». Les teintes lumineuses utilisées par Wijdan al-Majed rompent ainsi avec les décors alentour de béton et de câbles électriques.

Wijdan Al-Majed, enseignante à la faculté des Beaux-Arts de Bagdad, s’est rapidement fait accepter et apprécier par les passants qui ralentissent pour observer son activité atypique. Armée de son échafaudage, de ses pinceaux et de ses pots de peinture, Wijdan al-Majed parcourt les rues de la ville pour dessiner des portraits et des scènes de la vie quotidienne et traditionnelle irakienne. Mère Teresa, le poète irakien Muzaffar al-Nawab ou encore Jawad Salim, un des pères de l’art moderne irakien, figurent déjà imprégnés dans les murs de la ville, et d’autres devraient bientôt rejoindre cette liste.