Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Coronavirus : Art Dubaï s’adapte

Exposition galerie d'art

La pandémie en cours de COVID-19 ne semble pas vouloir se contenter d’un bilan humain déjà dévastateur. Sur le plan culturel, le virus a tout simplement décimé l’agenda international, causant l’annulation de moult concerts, expositions, et autres événements internationaux à l’instar du salon VivaTech. Pour autant, la foire internationale d’art de Dubaï ne dépose pas les armes. Elle a simplement choisi de se délocaliser… sur le net !

En temps normal, cette 14ème édition de Art Dubai aurait drainé des dizaines de milliers de visiteurs. C’est pourquoi il était plus que problématique que l’événement annonce son annulation, ou son report à l’année suivante. C’est pourquoi les organisateurs ont jugé préférable de tout simplement le dématérialiser.

 

“Nourrir l’écosystème artistique”

Avant hier, Art Dubaï a donc lancé sa version 100% digitale. Il s’agit d’une galerie d’art en ligne qui regroupe plus de 500 oeuvres, des vidéos dans lesquelles les “artistes performeurs” peuvent se produire, ainsi qu’un format exclusif, créé pour l’occasion : le « Newshour Special », sorte de version virtuelle condensée du Global Art Forum, qui met en scène des personnalités du monde de l’art discutant de la pandémie et de ses implications.

 

Une oeuvre de Wafa Hourani de la galerie Zawyeh

 

Outre le fait de donner de la visibilité aux artistes et de faire vivre la scène artistique internationale, il s’agit également de soutenir la vie culturelle locale. « L’adaptation à un programme numérique nous permet de maintenir notre mission de soutien aux galeries et de nourrir l’écosystème artistique de Dubaï, même dans ces circonstances difficiles », ont déclaré les directeurs d’Art Dubaï Chloe Vaitsou et Pablo del Val, dans une déclaration commune à la chaîne CNN.

 

Faire vivre l’art malgré tout

S’il faut sans aucun doute être réaliste quant à l’impact de cette crise sanitaire sur chaque pan de l’économie, ce qui inclut la culture peut-être à d’autant plus forte raison qu’elle n’est pas toujours considérée comme une priorité à sauver, les organisateurs choisissent tout de même de voir le verre à moitié plein. Le web est la garantie de l’ouverture au plus grand nombre, et cette édition 2020 pourra servir de référence sur l’organisation, la méthodologie, et les potentialités d’une telle formule. 

 

Une peinture de Moslem Khezri de la Saradipour Art Gallery

 

« Les gens ont toujours tendance à préférer la consommation d’art physique », ont déclaré les deux directeurs. « Mais si des initiatives telles que les catalogues et les plateformes en ligne s’avèrent populaires, cela pourrait démontrer comment les entreprises numériques et en ligne peuvent potentiellement devenir un ajout croissant à la façon dont les programmes des foires d’art et des galeries sont transmis à l’avenir ».

Œuvres, artistes, et galeries en tous genres

Une oeuvre de Filipe Branquinho de l’Akka Art Project

 

Ainsi, sur le site d’Art Dubaï, dans la rubrique “catalogue”, une sélection extrêmement vaste d’artistes et de galeries du monde entier sont à découvrir et explorer, comme l’Akka Art Project de Dubaï et Venise, qui fait la part belle à l’art africain, la galerie Zawyeh de Ramallah, qui met en avant les jeunes pousses de l’art contemporain palestinien, la galerie Athr de Jeddah, dont on vous parlait ici il y a quelques mois, ou encore Lawrie Shabibi, basée à Dubaï, qui se positionne plutôt sur l’abstrait à travers des présentations de travaux multi-générationnels.