Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

De nouvelles empreintes de pas sur le long chemin de l’Humanité

Des traces de pas datant de 85 000 ans en Arabie saoudite pourraient réinterpréter l'histoire des premières migrations © SPA

Des traces de pas datant de 85 000 ans en Arabie saoudite pourraient réinterpréter l'histoire des premières migrations © SPA

Qui peut encore dire que le désert saoudien est un amoncellement de roches et de sable sans intérêt ? De nouvelles découvertes archéologiques réalisées au Nord-Ouest du pays viennent encore enrichir les connaissances scientifiques et le patrimoine de l’humanité.

Quelque part aux alentours de Tabuk, au Nord-Ouest de l’Arabie saoudite, des empreintes de pas creusées dans la roche ont été découvertes par une équipe internationale d’archéologues. Datées d’il y a 85 000 ans, elles témoignent d’une région qui était autrefois soumise à un climat humide et à un environnement luxuriant. Elles valident la théorie selon laquelle l’Homme moderne serait passé par le Sinaï lors d’une très ancienne migration qui partait de l’Afrique et prouve aussi que les hommes modernes se seraient déployés hors d’Afrique bien plus tôt qu’on ne le pensait.

Une découverte qui en dit plus sur la migration des premiers hommes

Cette découverte propose une nouvelle compréhension de la façon dont les hommes sont sortis du continent noir avant de se lancer à la conquête du monde. Ces empreintes montrent en effet que les hommes ne se sont pas déplacés le long des côtes mais bel et bien dans les terres, ce qui rend plus complexe la lecture des flux migratoires de l’Homme moderne.

Cette trouvaille fait écho à une autre découverte, à savoir un os de doigt retrouvé en 2016 et datant de la même époque, ce dernier étant le plus ancien vestige d’Homo Sapiens trouvé en dehors du continent africain.

Un énorme potentiel archéologique dans tout le royaume saoudien

Selon Michael Petraglia de l’Institut Max Planck, sur les 200 lacs visités dans le pays, « 80% contiennent des traces de vie humaine à proximité”. Nul doute que l’Arabie saoudite constitue un territoire où se sont joués des moments-clés de l’histoire de l’évolution humaine. Petraglia ajoute que “l’ancienne équipe d’archéologues qui travaillait sur ces sites prévoit de continuer à fouiller les anciens lacs et pense étendre éventuellement son travail aux grottes alentours”.

Les recherches archéologiques qui se sont accélérées dans le désert saoudien ont mis en lumière non seulement des traces de vie antérieure à notre époque mais aussi des œuvres d’art rupestres qui témoignent de l’importance des activités humaines dans cette région du monde.