Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Deux films du Moyen-Orient raflent la mise au Festival international du film de Toronto

Crédit photo : Film "1982" de Oualid Mouaness.

Organisé chaque année au mois de septembre dans la province de l’Ontario au Canada, le Festival international du film de Toronto est un festival de cinéma non-compétitif qui décerne tous les ans des prix parmi les 400 films présentés. Cette année, deux films arabes ont réussi à tirer leur épingle du jeu.

Cette année, deux films du Moyen-Orient se sont vus remettre un prix, à l’occasion du Festival international du film de Toronto, qui s’est tenu du 5 au 15 septembre dernier. Le film “1982” du cinéaste Oualid Mouaness a reçu le prix Netpac, le prestigieux prix du Réseau pour la promotion du cinéma asiatique pacifique, tandis que “The Cave” du réalisateur nominé aux Oscars, Fayyad, a remporté le prix du documentaire Grolsch du choix public. 

L’industrie cinématographique arabe, la grande gagnante de 2019

Tourné dans la banlieue de Beyrouth, dans une école privée, le film “1982” raconte l’histoire de Wissam, un garçon de 11 ans, qui a des sentiments pour sa camarade de classe Joanna. Mais avant qu’il ne puisse confesser ses sentiments, Beyrouth est déchiré par des frappes aériennes et tout change soudainement. Replongeant les spectateurs lors de l’invasion du Liban, « 1982 » met en vedette, l’actrice et cinéaste Libanaise, Nadine Labaki ainsi que l’acteur Mohammed Dalli.

 

De son côté, “The Cave” qui se déroule en Syrie, raconte l’histoire d’une équipe de femmes médecins qui traitent les victimes dans un hôpital souterrain tout en luttant contre le sexisme systématique. Filmé entre 2016 et 2018, “The Cave” est un drame révélateur de la crise syrienne actuelle qui concourra certainement pour les prochains Oscars.

Après le Festival de Cannes en mai dernier et la Mostra de Venise début septembre, ayant mis à l’honneur des films provenant du monde arabe, l’industrie cinématographique arabe semble bien décidée à se faire une place sur la scène internationale.