Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Djerba, l’île de street art

L’île tunisienne au large de la méditerranée est réputée pour ses plages paradisiaques et son eau cristalline, qui attirent chaque année des millions de touristes. Mais depuis bientôt huit ans, un collectif d’artistes a décidé de donner vie à un petit village de l’île, en recouvrant ses murs de street art très graphique.

Aladin souriant face à Jasmine, le regard bleu d’une petite fille, ou simplement de l’art abstrait coloré qui se fond dans le paysage fleuri du village d’Erriadh… Bienvenue dans le Djerbahood ! Ce projet artistique, né en 2014 d’une volonté de plusieurs artistes locaux de faire vivre le petit village d’Erriadh, rassemble régulièrement des dizaines d’artistes venus du monde entier pour colorer les murs blancs des habitations locales. Régulièrement nettoyées et renouvelées, ces œuvres raffinées et graphiques se trouvent à chaque coin de rue du village, et s’accordent toujours à l’architecture et l’urbanisme local.

 

Un projet artistique soutenu par les autorités

Le talent des artistes qui colorent les murs blancs d’Erriadh est reconnu jusqu’aux hautes sphères politiques de l’Union européenne, qui a décidé de financer ce projet, en partenariat avec les ministères tunisiens du Tourisme et des Affaires culturelles.
Au total, plus de 200 artistes de 30 nationalités différentes ont laissé une trace de leur art sur les murs du Djerbahood. En avril dernier, ils n’étaient pas moins de 50 à avoir fait le déplacement, dont Shepard Fairey et David de la Mano.
Et si vous cherchez bien, vous trouverez même quelques “space invaders”, ces fameux personnages en mosaïque inspirés du jeu vidéo éponyme, que le mosaïste Franck Slama aime accrocher sur tous les murs du monde, de New-York à Paris, en passant bien sûr par Djerba !