Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Guide Michelin : deux restaurants d’inspiration orientale étoilés

Pour la deuxième année consécutive, deux restaurants proposant une cuisine d’inspiration arabe et orientale sont mis à l’honneur par la “Bible” de la haute gastronomie : Maydan, qui mêle différentes spécialités du Moyen-Orient à Washington et le Marocain Mourad à San Francisco.

Maydan

Lorsqu’on pousse la porte de chez Maydan, impossible de les rater. Les flammes du feu du gril s’imposent et dansent parfois jusqu’à 1 mètre 50, au milieu de la cuisine ouverte sur la salle, hypnotisant le client qui tourne autour et prend des photos, créant aussi la discussion. Cette chaleur et le partage, sont au centre de l’expérience proposée par Rose Previte et ses chefs Gerald Addison et Chris Morgan. À la carte, des plats à partager, proposés sous forme de Mezze, des recettes glanées au-delà des frontières du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord ou de la Géorgie. À table, les kebabs, les grillades d’agneau et le poisson cohabitent avec des légumes rôtis, du houmous ou de l’halloumi.

 

Des saveurs fumées, liées par les épices et autres condiments. L’ensemble s’articule autour de petits pains plats, préparés et cuits au feu de bois avec une attention toute particulière. Si le feu est trop fort ou trop faible, le pain risque d’être trop mou ou trop craquant et viendra gâcher la convivialité. Car c’est ce que Rose Previte souhaitait en imaginant son restaurant. Un lieu convivial, une table de la découverte, où on se sent comme au marché dans la médina.

 

Mourad

Chez Mourad Lahlou, l’ambiance est bien différente. Place au Glamour ! C’est au rez-de-chaussée du PacBell Building, un gratte-ciel de San Francisco récemment rénové, que se trouve le restaurant Mourad. En cuisine comme en salle, le chef s’est plongé dans ses racines marocaines qu’il réinterprète alliées à des influences californiennes. On y mange une cuisine artisanale innovante, vibrante et riche en saveurs des produits locaux.

 

Ici, on n’hésite pas à agrémenter le couscous d’un beurre de noisette ou à faire cohabiter du canard et du beurre de cacao dans une traditionnelle pastilla. Trois menus sont proposés : les 18 plats au choix à la carte ; un menu dégustation comprenant 12 plats ; ou un des quatres La’acha, un dîner à la mode marocaine, incluant 4 plats et accompagnements. De l’entrée aux desserts, la présentation aux détails soignés est en accord avec les lieux. Rien n’est laissé au hasard et ça paye.