Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Hajj : 5 choses à savoir sur le pèlerinage musulman

5 choses à savoir sur le hajj, le pèlerinage musulman © Ali Mansuri

5 choses à savoir sur le hajj, le pèlerinage musulman © Ali Mansuri

Ce dimanche a commencé le pèlerinage à La Mecque pour les millions de musulmans qui ont eu le privilège de pouvoir se rendre dans la ville sainte d’Arabie saoudite. Durant plusieurs jours, ils accompliront les rituels prévus par la religion entre la Kaaba, le Mont Arafat et Mina, au rythme des célébrations de l’Aïd El Kébir qui débute mardi.

5. Une tradition pré-islamique

Cette tradition remonte à la période pré-islamique, La Mecque était alors un important carrefour caravanier. En 632, le prophète Mahomet y réalise un pèlerinage. Aux côtés des cinq prières quotidiennes, de l’aumône annuelle, du jeûne du ramadan et de la profession de foi, le hajj devient alors un des cinq piliers de l’Islam, une obligation que tout musulman est censé accomplir au moins une fois dans sa vie s’il en a les moyens.

4. Un demi million de pèlerins venus d’Asie du sud-est

Le nombre de pèlerins pénétrant dans la ville sainte, dont l’entrée est réservée aux musulmans, est strictement encadré par les autorités saoudiennes qui imposent des quotas par pays en fonction du nombre de musulmans qui y résident. Cette année, le royaume a annoncé que les plus gros contingents proviennent d’Egypte, d’Inde, du Pakistan, du Bangladesh et du Soudan.

3. 2013 : année record

20 millions de litres d’eau de la source Zamzam distribués et plus d’un million de moutons sacrifiés…  Ces chiffres datent de 2013. Cette année-là un nombre record de 3 millions de pèlerins étaient venus à La Mecque pour le hajj. Toutefois, l’Arabie saoudite a imposé des restrictions ces dernières années et a diminué les quotas de près de 20% afin de réaliser d’importants travaux d’aménagement, visant à agrandir les aires de prière.

2. 80% des pèlerins ne sont pas arabophones

L’encadrement et l’accompagnement des pèlerins dans les divers lieux dans lesquels ils doivent se rendre au cours des 5 à 6 jours de pèlerinage représente un défi majeur pour les autorités saoudiennes. Aux côtés des 60 000 agents de sécurités et des 22 000 membres du personnel médical et paramédical déployés, de nombreux traducteurs sont présents pour couvrir une douzaine de langues au total. En outre, l’événement est désormais placé sous le signe des hautes technologies et du digital avec pléthore d’applications développées qui permettent désormais de délivrer des instructions et d’orienter les visiteurs vers des services tels que les soins d’urgence.

1. 20 millions de pèlerins d’ici à 2020

Grâce à la démocratisation des transports, ils sont toujours plus nombreux à se rassembler sous des températures torrides excédant en moyenne les 40°C. Sachant que chaque pèlerin étranger dépense en moyenne près de 4000 d’euros, le tourisme religieux est la deuxième source de revenu du pays, après le pétrole. En additionnant le hajj et la Omra, le petit pèlerinage, l’Arabie saoudite accueille près de 9 millions de pèlerins chaque année, un chiffre qui pourrait atteindre les 20 millions d’ici à 2020 avec une recette estimée à près de 90 milliards de dollar pour le pays.