Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Istikana, une plateforme VOD pour le cinéma indépendant dans le monde arabe

Sorte de petit cousin arabe de Netflix, Istikana est une plateforme de VOD spécialisée dans la production et diffusion de films arabes, mais également de films indépendants. Rencontre avec son fondateur, Tareq Abu Lughod...

L’industrie du cinéma arabe est florissante et les films sont nombreux à sortir, malgré les problèmes relatifs au financement. Cette production n’avait, jusqu’à récemment, pas de plateforme centrale de diffusion. C’est désormais chose faite grâce à Tareq Abu Lughod, le président de Media Arab Network, qui a lancé Istikana, la première plateforme de VOD à destination du monde arabe.

 

Le site propose une sélection variée de films, allant des comédies populaires, aux drames, en passant par le documentaire, le théâtre, les programmes religieux ou le divertissement. Une programmation en arabe riche, qui est aussi l’occasion de promouvoir le cinéma local et indépendant. Une mission chère au coeur de son fondateur.

 

Vous êtes président du Arab Media Network. Est-ce que vous pouvez nous le présenter ?  

J’ai fondé le Arab Media Network en 2000 avec la mission de devenir un acteur régional majeur dans la production, distribution et diffusion de contenus audiovisuels. Mon but était de créer et délivrer des contenus de qualité aux consommateurs, tout en aidant les créateurs de contenus à agrandir leur cible et pouvoir se rémunérer. Aujourd’hui, le réseau est impliqué dans la radio, la TV et les films.

 

Comment essayez-vous de diffuser la culture indépendante du cinéma en Jordanie?

Nous avons été capables d’introduire environ 30 films indépendants l’année dernière dans des cinémas mainstream avec notre filiale de distribution Filmstan. Pour cela, nous mettons autant d’efforts à la promotion des productions indépendantes que pour les films commerciaux afin de développer leur impact et d’offrir au public une alternative.

 

Quelles sont les plus grosses difficultés auxquelles vous faites face?

La plupart des gens qui vont au cinéma ont l’habitude de regarder des films à gros budgets. Les films indépendants ont besoin de plus de publicité et de connaissance du public pour attirer. Mais les cinémas commerciaux ne leur fournissent pas assez d’espace pour cela. 

 

Quelle est la place du cinéma indépendant en Jordanie aujourd’hui?

Il n’y a pas d’endroit dédié aux films indépendants en Jordanie. La plupart des films projetés le sont dans des multiplexes commerciaux. Mais la Royal Film Commission et la Shoman Foundation sont responsables de la projection de la plupart des films indépendants gratuits pour le public. Nous essayons de résoudre cela avec Istikana.