Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Jordanie : des vestiges enchanteurs au coeur de la capitale

Au coeur de celle qu’on appelait Philadelphie durant l’Antiquité, la citadelle recèle de quelques joyaux d’archéologie, vestiges des splendeurs du passé

Au coeur de celle qu’on appelait Philadelphie durant l’Antiquité, la citadelle recèle de quelques joyaux d’archéologie, vestiges des splendeurs du passé

Offrant un panorama imprenable sur la ville d’Amman, sur ses multiples mosquées et sur son immense amphithéâtre, Jabal Al Qal’a regorge elle-même de joyaux. De multiples dynasties de renom se sont succédées sur ces lieux, y accumulant des monuments dont les architectures s’inspirent les unes des autres et s’entremêlent pour tisser l’histoire des plus grandes civilisations !

Perchés sur la plus haute des sept collines historiques de la capitale jordanienne, les vestiges de Jabal Al Qal’a sont le meilleur endroit de la ville pour écouter l’appel à la prière ammanien, unique en son genre puisqu’un seul et même muezzin est diffusé par toutes les mosquées de la ville. Si l’harmonie est parfaite, c’est que ces vieilles pierres ne renvoient pas seulement l’écho coranique, elles irradient la capitale moderne des plus grands siècles de l‘histoire de la région.

Le foyer commun des plus grandes civilisations

Les plus grandes civilisations du bassin mésopotamien y ont vécu, et ce depuis l’Âge de Bronze, ce qui fait de ce haut berceau de l’humanité, l’un des plus anciens lieux habités sur terre. Depuis le roi David, qui aurait régné sur la ville au Xème siècle av. J.-C., les Assyriens puis les Babyloniens, la dynastie ptolémaïque, les Séleucides, les Romains puis les Omeyyades ont occupé ces lieux, entremêlant des siècles de culture.

Au coeur de celle qu’on appelait Philadelphie durant l’Antiquité, la citadelle recèle de quelques joyaux d’archéologie, vestiges des splendeurs du passé. Il n’en reste hélas pas grand chose. Quelques monuments en ruines attestent encore, à eux seuls, de l’importance historique du lieu !  On peut encore y contempler des constructions datant des époques romaines, byzantines et omeyyades en particulier. Il est étonnant de pouvoir trouver une continuité entre ces styles d’époques différentes, offrant ainsi un aperçu unique au monde des tous débuts de l’art islamique.

Trois monuments majeurs à visiter

Parmi ces antiques traces, un gigantesque reste de mains ayant appartenu à une statue colossale représentant Hercule, le héros romain. Il gît aux pieds des quelques magnifiques colonnes corinthiennes ayant survécu aux épreuves du temps, et qui soutenaient le Temple d’Hercule bâti au IIème siècle ap. J.-C.. L’on peut également y trouver les vestiges d’une ancienne Église byzantine. Son architecture en croix, ses arcades incurvées et ses motifs géométriques sont quelques uns des éléments retrouvés dans les constructions postérieures. Cela éclaire également sur les inspirations de l’art préislamique, dont le magnifique Palais omeyyade est un exemple marquant. Bien qu’il n’en reste que la porte d’entrée, le bâtiment impressionne et resplendit encore de sa grandeur passée. Datant de la première civilisation musulmane qui régnait sur la région au VIIIème siècle ap J.-C., il nous offre, grâce à son dôme, un aperçu des prémices de l’art architectural islamique.

Malgré des fouilles archéologiques menées par un bon nombre d’équipes de différentes nationalités depuis les années 1920, la majeure partie des trésors dont recèle le site demeure enfouie, rendant ce lieu si fascinant. Son potentiel est considérable et nul ne peut encore soupçonner les trésors encore enterrés, mais en foulant ces quelques pavés mis au jour, l’on se tient littéralement et physiquement sur des millénaires d’histoire de l’humanité !