Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

La chevalerie d’Orient et d’Occident au Louvre Abu Dhabi

Qu’ils soient issus du monde islamique ou du monde chrétien, les chevaliers exercent sur nous une certaine forme de fascination. C’est dans doute pour cette raison que le Louvre Abu Dhabi a choisi d’intituler sa prochaine exposition Furusiyya : L'art de la chevalerie entre l'Orient et l'Occident.

L’exposition s’ouvrira le 19 février et comprendra 130 objets provenant de tout le Moyen-Orient, en particulier de l’Irak, de l’Iran, de l’Égypte et de la Syrie, ainsi que des États français et germaniques d’Europe. Entre armures médiévales, et manuscrits expliquant en détail comment les stratégies de guerre étaient considérées par les Ottomans, les Égyptiens et les Européens, le moyen-âge sera indéniablement à l’honneur.

Coopération Franco-saoudienne

Organisée en partenariat avec le musée de Cluny, le Musée national du Moyen-Âge à Paris et l’Agence France-Muséums, l’exposition est pensée comme une étude comparative des deux cultures, sous le commissariat d’Elisabeth Taburet-Delahaye, Carine Juvin et Michel Huynh. 

Différences et similarités

Dans le monde islamique, la tradition de la Furusiyya comprenait l’équitation, l’art du sabre, le tir à l’arc et l’utilisation de la lance. Tout au long du Moyen Âge en Europe, le code de la chevalerie était quant à lui axé sur les idéaux de courage, de foi, d’honneur et les traditions de la cour. Dit comme ça, les deux mondes pourraient paraître opposés, mais ils ne sont finalement pas si différents. Une section de l’exposition met d’ailleurs en avant les similitudes que l’on constate entre ceux-ci, comme notamment la fauconnerie, les joutes, ou encore … les échecs !