Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

La vitamine D, la solution contre le cancer ?

Au Moyen-Orient, le nombre de personnes atteintes d’un cancer pourrait doubler d’ici à 2030. Une récente étude réalisée par Tarek Haykal, un médecin libanais, suggère qu’une substance organique pourrait aider à ralentir la propagation.

Alors que l’Organisation mondiale de la santé affirme que 30% à 50% des cas de cancers pourraient être évités en adoptant un mode de vie sain, au Moyen-Orient le nombre de personnes atteintes d’un cancer pourrait, lui, doubler d’ici 2030. Face à ce constat amer, Tarek Haykal, un médecin libanais, a récemment réalisé une étude aux Etats-Unis, apportant une solution qui pourrait changer la donne.

 

Grâce à ses recherches sur un panel de 79 000 patients, le Dr Tarek Haykal est arrivé à la conclusion que la vitamine D pourrait aider à lutter contre le cancer. En prenant un supplément régulier de vitamine D pendant au moins trois mois, une personne cancéreuse pourrait ainsi vivre plus longtemps.

 

« L’ attention mondiale ne s’est jamais portée sur la vitamine D, mais maintenant nous apprenons de plus en plus que la vitamine D est importante pour la santé de vos os et votre santé en général » , a-t-il déclaré.

Le docteur Tarek Haykal

La vitamine D, la solution miracle ?

 

Si l’auteur de l’étude affirme être en mesure de baisser de près de 13% le taux de mortalité des patients atteints d’un cancer, la vitamine D n’en est pas pour autant un remède miracle.

 

« La vitamine D a eu un effet significatif sur la réduction du risque de décès chez les personnes atteintes de cancer, mais malheureusement, l’étude n’a montré aucune preuve qu’elle pouvait protéger contre le cancer » tempère le docteur Haykal.

 

Provenant principalement de l’exposition au soleil et des régimes comprenant du poisson, des champignons ou encore du jaune d’oeuf, la vitamine D présenterait également des avantages pour se protéger d’autres maladies comme l’ostéoporose, le diabète sucré ou encore les maladies cardiovasculaires. Cette étude reste néanmoins une source d’espoir lorsqu’on sait la place qu’occupe le cancer dans le classement des causes de décès.