Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

L’abstrait arabe s’expose à New-York

Du 14 janvier au 4 avril, à la Grey Art Gallery de l’Université de New York, les œuvres de la collection de la Sharjah's Barjeel Art Foundation vont être présentées, dans le cadre d’un projet de collaboration entre les deux institutions.

Le projet s’appelle “Taking Shape: Abstraction from the Arab World, 1950s–1980s” (qu’on pourrait traduire par “prendre forme : l’abstraction dans le monde arabe, entre 1950 et 1980). L’idée, c’est d’exposer à New-York des oeuvres de la collection de la Fondation d’art Barjeel de Sharjah.

Près de 90 oeuvres seront exposées au cours des quatre mois que vont durer l’événement, parmi lesquelles on retrouve des peintures, des sculptures et un livre d’essais écrits par des personnalités éminentes du monde des arts et de la culture, dont trois auteurs basés aux Émirats arabes unis – Salwa Mikdadi, le sultan Sooud Al-Qassemi et Suheyla Takesh, qui ont co-organisé l’événement.

La poétesse libanaise Etel Adnan

L’abstrait bien représenté dans le monde arabe

Dans le cadre de cette exposition, le travail abstrait émanant du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et de la diaspora arabe à travers le monde, sera ainsi mis à l’honneur. Parmi les artistes en vedette figurent la poètesse libanaise Etel Adnan (photo), le peintre et sculpteur irakien Shakir Hassan Al-Said, le peintre marocain Ahmed Cherkaoui, ou encore l’artiste émirati Hassan Sharif. Des peintures de Saloua Raouda Choucair, l’artiste libanais défunt, pionnier du mouvement abstrait au Moyen-Orient dans les années 1950, seront également présentées aux visiteurs.