Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Les 10 femmes les plus influentes du Moyen Orient

Femmes d'affaires du Moyen Orient

Le magazine Forbes Middle East a publié son classement des 100 femmes d'affaires les plus influentes de la région, dans lequel sont représentées 23 nationalités ainsi qu’une multitude d'industries. Elles ouvrent la voie à d'autres femmes en démantelant les stéréotypes liés au genre, avec des résultats indéniables dans des marchés hautement compétitifs

Elles ont été choisies en fonction de différents critères tels que la taille de leurs entreprises, leurs résultats dans l’année 2019, les initiatives qu’elles mènent et leur expérience professionnelle globale. Ce sont les pionnières de leur génération. 

Cerise sur le gâteau, 79 des 100 femmes figurant dans le classement des Power Businesswomen in the Middle East 2020 de Forbes sont “self-made” et pour la plupart d’entre elles dans des domaines à prédominance masculine. 

Le classement prend en compte à la fois les autochtones et les expatriées. Parmi les 10 premières femmes, les pays représentés sont l’Arabie saoudite, qui domine avec trois femmes dans le Top, les Émirats arabes unis, l’Inde, l’Allemagne, le Maroc, le Bahreïn et le Koweït. 

 

1. Easa Al Gurg (Emirats arabes unis)

Directrice générale du groupe Easa Saleh Al Gurg

 

En tant que directrice générale du groupe Easa Saleh Al Gurg, un des plus grand conglomérat du Moyen-Orient, elle gère 27 entreprises allant du commerce de détail à la construction. Présidente du Conseil des femmes d’affaires de Dubaï, qui vise à booster les entrepreneures dans les Émirats, elle est aussi membre du conseil d’administration de la Chambre de commerce et d’industrie de Dubaï, de l’Association des femmes de Dubaï et de HSBC Middle East.

« Les obstacles sont toujours un tremplin vers le succès. Surmonter un obstacle est un test de caractère. Vous serez surpris de constater à quel point vous pouvez aller loin du point que vous pensiez être la fin »-Raja Easa Al Gurg

2. Renuka Jagtiani (Inde)

PDG du Landmark Group

 

Jagtiani est présidente et directrice générale du Landmark Group : un conglomérat multinational de vente au détail et d’hôtellerie basé à Dubaï. Elle supervise plus de 50 000 employés et plus de 2 300 points de vente dans 22 pays.

« Lorsque le gouvernement et le secteur privé coopèrent, nous pouvons créer plus de progrès pour l’avenir » – Renuka Jagtiani

 

3. Rania Nashar (Arabie saoudite)

PDG du groupe financier Samba

 

Nashar est la première femme PDG d’une banque commerciale saoudienne, à la tête de la quatrième plus grande banque du pays depuis 2017. Précédemment elle était membre du conseil d’administration de la filiale de Samba pour les marchés mondiaux, avec plus de 20 ans d’expérience dans le secteur des banques commerciales.

« Il n’y a pas de limite à vos rêves et devenir PDG est une option de carrière qui ne se limite pas aux hommes »- Rania Nashar.

 

4. Sarah Al Suhaimi (Arabie Saoudite)

Présidente de Tadawul 

 

Al Suhaimi est la présidente de Tadawul, la plus grande bourse du Moyen-Orient, où elle a vu l’entrée en bourse de Saudi Aramco, pour une valeur de 1,7 trillion de dollars. Elle est également PDG et membre du conseil d’administration de NCB Capital depuis mars 2014. C’est une économiste diplômée de l’Université de Harvard et de l’Université du Roi Saoud.

 

5. Lubna Olayan (Arabie Saoudite)

Présidente de la Banque saoudienne et britannique

 

En juin 2019, elle est devenue présidente de la troisième banque du Royaume, la Saudi British Bank (SABB) après 33 ans en tant que PDG de la Olayan Financing Company (OFC). Olayan était la première femme saoudienne à siéger le conseil d’administration d’une société cotée en bourse en 2004 pour la banque saoudienne Hollandi.

« Plus vous faites face à des défis dans la vie, plus vous la vive. Cette expérience vécue nous permet d’avoir un impact sur la vie des autres »-Lubna Olayan

 

6. Heike Harmgart (Allemagne)

Directrice générale pour la région du sud et de l’est de la Méditerranée à la Banque européenne

 

Harmgart dirige 150 employés en tant que directrice générale à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), avec l’investissement cumulé de $11,1 milliard. Elle est responsable de la formulation et de la mise en œuvre de la stratégie de la BERD en Égypte, en Jordanie, au Maroc, en Tunisie, au Liban, en Cisjordanie et à Gaza.

 

7. Nezha Hayat (Maroc)

Directrice générale de l’Autorité du marché des capitaux du Maroc

 

Hayat est présidente de l’Autorité des marchés financiers du Maroc depuis 2016, avec une capitalisation boursière de $65 millions. Elle est très impliquée dans les droits de la femme en tant que fondatrice et présidente du Club des Femmes Administrateurs d’entreprises au Maroc (CFA Maroc) : une organisation à but non lucratif qui encourage la participation des femmes aux conseils d’administration des entreprises publiques et privées.

 

8. Wadha Ahmed Al-Khateeb (Koweït)

Directrice générale adjointe de la compagnie pétrolière nationale du Koweït

 

Al-Khateeb est la directrice générale adjointe de la Kuwait National Petroleum Company, en charge de la raffinerie de Mina, qui raffine un tiers du pétrole de l’entreprise. Elle est la première femme à diriger la section du CCG de l’Association des transformateurs de gaz. Enfin, elle est également Présidente de la joint venture Kuwait Paraxylene Production Company depuis mai 2019.

 

9. Mona Yousuf Almoayyed (Bahreïn)

Directrice générale de Y.K. Almoayyed & Sons

En tant que directrice générale de Y.K. Almoayyed & Sons- avec un large éventail d’activités allant du commerce, aux services de télécommunications ou la promotion immobilière, elle gère plus de 2 000 employés. Almoayyed soutient en outre de nombreuses organisations à but non lucratif, notamment la Migrant Workers Protection Society, la Bahrain Business Women’s Society, Al Muntada et le MWPS Shelter for Domestic Abuse.

« Lorsque vous êtes une femme, rien n’est facile dans les affaires. Mon conseil aux femmes est de ne pas abandonner et de continuer à travailler dur jusqu’à ce que leur patrons les reconnaissent ». Mona Al-Moayyed

 

10. Aisha Bin Bishr (Emirats arabes unis)

Directeur général de Smart Dubaï

 

Elle intervient comme directrice générale du Smart Dubai Office – l’entité gouvernementale chargée de la transformation intelligente de Dubaï à l’échelle de la ville. Elle est également la présidente du SDG11, le conseil mondial des objectifs de développement durable, ainsi qu’une membre du conseil du Forum économique mondial pour l’avenir, et de l’équipe chargée de l’indice de préparation des villes intelligentes de la quatrième révolution industrielle.

« Les dirigeants émiratis notent la Journée de la femme aux UAE non pas comme un honneur traditionnel mais comme une véritable plate-forme pour célébrer les réalisations des femmes émiraties, qui occupent les postes les plus élevés et les plus vitaux de la nation et sont des compagnes actives dans le parcours des UAE pour devenir la nation la plus efficace d’ici à 2071 ».