Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Lina Sleibi : « Je crois profondément en l’amour, la paix, l’égalité et la justice »

En cinq ans, elle est devenue un véritable phénomène dans le monde arabe avec sa voix mélodieuse. La jeune chanteuse palestinienne Lina Sleibi sera en concert à l’opéra de Dubaï ou elle rendra hommage à Dalida le 10 octobre prochain.

Elevée au sein d’une famille de mélomanes, avec deux parents professeurs, Lina Sleibi a toujours aimé la musique. Bien qu’elle poursuive une licence en business et administration, elle étudie parallèlement la musique au conservatoire en Cisjordanie. Très rapidement, elle se fait remarquer par la beauté de sa voix et une rencontre décisive avec le compositeur Bahreïni Mohammed Al Hassan au festival de Tunis en 2012 lui permet lancer sa carrière. Deux ans plus tard, elle sort le single « Helwa Y baladi » une reprise de la célèbre chanteuse égyptienne Dalida qui lui vaut un succès immense sur Youtube et des millions de vues. Depuis, elle participe à des concerts partout dans le monde où elle chante chansons originales et reprises dans plus de sept langues. Parmi son répertoire : des artistes classiques arabes comme Dalida ou Fairouz mais aussi contemporains comme Coldplay.

Quand as-tu commencé à chanter?

J’ai été élevée au sein d’une famille de mélomanes ce qui m’a permis de découvrir la musique très tôt. J’ai commencé à chanter alors que j’étais encore une petite fille. Ensuite, j’ai étudié le solfège et le violon au conservatoire Edward Saïd ainsi qu’à l’Académie de musique de Bethlehem. J’ai aussi été impliquée dans la chorale de l’église et dans un groupe à l’université.

Ton premier succès ?

En 2014, j’ai sorti mon premier single « Rajje’ly Yah », en collaboration avec le compositeur du Bahreïn Mohammed Al-Hasan. Depuis, j’ai été invité à des émissions célèbres libanaises comme « Kalam Nawaem » sur MBC 1 et j’ai participé à plusieurs productions musicales régionales
et internationales. Je propose à la fois des chansons originales, mais aussi des reprises que je joue avec des musiciens de partout dans le monde.

Quels sujets te tiennent à cœur ?

Je n’ai pas de message spécifique à porter, mes choix sont multiples et le plus important pour moi est de partager ce que je ressens. Même si, dans chaque chanson que je choisis, je mets un peu de mon coeur à l’intérieur et qu’elles représentent toutes une histoire spéciale.

En tant qu’artiste palestinienne, est-ce que tu ressens la responsabilité de porter un message ?

Je crois profondément en l’amour, la paix, l’égalité et la justice. J’aspire donc à transmettre des messages artistiques et humanitaires à travers ma voix, mes chansons et les concerts auxquels je participe.

 

Comment as-tu été approché par l’Opéra de Dubaï ?

Après le succès de ma reprise de la chanson de Dalida « Helwa Ya Baladi », qui a atteint plus de 7 millions de vues sur Youtube, j’ai été approchée par Arts Canteen, les producteurs du spectacle, avec l’idée de rendre hommage à Dalida. J’ai été très contente d’être choisie car je voue un amour infini à Dalida et ses chansons.

Quelle est ta chanson préférée de Dalida ?

Chacune de ses chansons recèle une beauté particulière, que ce soit au niveau de la composition et des arrangements ou des paroles. La plus chère à mon cœur est « Helwa Ya Baladi » car elle parle de l’amour de son pays natal.