Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

MBS aux Etats-Unis : l’Arabie saoudite lorgne les start-ups américaines

Le Prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane en discussion avec le président américain Donald Trump le 14 mars 2017 à la Maison Blanche © The White House

Le Prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane en discussion avec le président américain Donald Trump le 14 mars 2017 à la Maison Blanche © The White House

Porteur de l’image d’une Arabie saoudite moderne et ouverte sur le monde, le prince héritier Mohammed ben Salmane continue le tour de ses alliés internationaux avec les Etats-Unis où il arrive le lundi 19 mars.

Durant près de deux semaines, le Prince héritier Mohammed ben Salmane va sillonner les Etats-Unis pour rencontrer les membres du gouvernement américain ainsi que les géants de la tech américaine dans la Silicon Valley.

L’Arabie saoudite, leader de la tech

Après une entrevue avec le président américain Donald Trump, le prince devrait se rendre à plusieurs entrevues, notamment à Wall Street, Seattle, Boston et Houston, où il s’entretiendra avec plusieurs dirigeants du secteur de l’énergie. L’enjeu : attirer les investissements américains en Arabie souaidte mais aussi prendre part au développement de start-ups prometteuses sur le sol américain.

Toujours dans le cadre de la transition économique, sociale et culturelle insufflée par son plan Vision 2030, la visite du prince héritier s’inscrit dans une volonté plus globale d’impliquer le royaume d’Arabie saoudite dans l’industrie technologique mondiale.

Amazon et Apple en passe de s’implanter en Arabie saoudite

En 2016 par exemple, ce sont pas moins de 3,5 milliards de dollars qui ont été injectés par le Royaume dans la plateforme de transport américaine Uber. La même année, la holding japonaise SoftBank a annoncé qu’elle mettrait en place un nouveau fonds d’investissement pouvant atteindre 100 milliards de dollars pour les réinvestir dans des sociétés technologiques du monde entier. L’Arabie saoudite a participé à cette levée de fonds à hauteur de 45 milliards de dollars, l’objectif étant d’investir dans les start-ups plutôt que de les acheter.

D’autres investissements saoudiens sont prévus lors de la visite de Mohammed ben Salmane aux Etats-Unis. Des négociations avec Amazon ou encore Apple sont, par ailleurs, en cours, les deux géants américains nourrissant l’ambition de prendre racine dans le marché saoudien.