Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Nouf Al-Rakan: « Femmes, croyez en vous »

PDG d'un centre d’éducation et Saoudienne fière, Nouf Al-Rakan est l'une des rares femmes entrepreneurs en Arabie Saoudite qui font réellement bouger les choses. Par l'éducation. Par le travail. Mais surtout par la confiance en soi.

Elle est fière de dire qu’elle est une « business woman », étant la PDG de Educational Initiatives, un centre de développement éducatif basé à Riyadh. Plus particulièrement, Nouf Al-Rakan est une croyante. Elle croit fermement en un avenir radieux pour l’Arabie saoudite, porté par de jeunes talents, où les femmes sont propulsées par les études et le travail. Et le projet de Neom annoncé par le prince Mohammed Ben Salmane lui donne des raisons d’espérer.
Subtiltles

Quelle place pour les femmes en sciences ?

17% des diplômés saoudiens en STEM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques, ndl) sont en réalité de jeunes femmes saoudiennes. Elles ont surpassé leurs homologues masculins dans tous les secteurs à l’exception de l’ingénierie et de l’architecture. Nous essayons de diversifier les disciplines en STEM pour permettre à ces femmes de trouver des emplois et d’équilibrer un peu plus la parité dans l’économie saoudienne.

En tant que Saoudienne, l’accès au marché de l’emploi a été facile ?

La vie, dans mon cas, était plus difficile. J’ai fait de bonnes études. Mes parents n’ont pas lésiné sur les coûts quand il s’agissait de nous permettre d’étudier, moi-même ainsi que mes frères et sœurs. Mais il était toutefois difficile pour notre génération de femmes de nous imposer sur le marché du travail malgré nos qualifications. Quand j’ai commencé à travailler, le marché ne proposait que très peu d’offres pour les femmes. C’est quelque chose que j’ai dû supporter. Lorsque je travaillais bénévolement à la chambre de commerce, nous avons fait beaucoup de lobbying sur le marché du travail, pour obtenir des postes pour des femmes, changer la loi sur le travail en leur faveur. Parfois, vous ne pouvez pas attendre que le changement se produise. Vous devez le provoquer vous-même.

Quel conseil donneriez-vous aux femmes saoudiennes aujourd’hui ?

Toutes les femmes, pas seulement les Saoudiennes … Croyez en vous. Ne doutez jamais de vous-même. Les femmes sont très intelligentes. Elles doivent se soutenir mutuellement, qu’elles soient Saoudiennes ou non. Nous sommes toutes dans un réseau de soutien. Si nous ne nous soutenons pas les unes les autres en tant que femmes, je ne pense pas que nous réussirons à accomplir ce que nous voulons.

Sur un autre plan, que vous inspirent les ambitieux projets saoudiens, à l’image de Neom, pour l’avenir du pays ?

Je crois fermement en l’avenir. Et, je pense que nous, en Arabie Saoudite, faisons avancer la société dans ce sens. Avec l’annonce du projet Neom ainsi que son financement, j’ai la certitude que nous proposerons des programmes éducatifs qui pourront porter cette vision singulière que le Prince Muhammad a annoncée.

Quel serait le plus grand obstacle qui priverait le pays de cette marche en avant ?

Le plus gros obstacle viendra des sceptiques. Il s’agit d’un changement générationnel. Certaines personnes utilisent encore de vieux téléphones alors que la jeune génération vit dans un univers différent, avec la technologie et les médias sociaux. Les sceptiques se rendront bien compte, à un certain moment, qu’ils doivent prendre le train de la modernité. J’espère que qu’il n’est pas trop tard pour eux. Je pense que l’avenir appartient à la jeunesse, et que la jeunesse nous en montre la voie…