Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

La fête nationale saoudienne à Paris : un rendez-vous réussi !

Hier, l’ambassade d’Arabie saoudite a réuni près d’un millier de convives à l’hôtel Four Seasons Goerges V, à Paris. En se promenant dans la foule, on a croisé de nombreux ressortissants du Royaume, des ambassadeurs de différents pays, ainsi que beaucoup de Français impliqués dans une forme de coopération internationale.

Hier soir, ils ont tous ont vibré au rythme des musiques et des chants, et beaucoup étaient habillés aux couleurs du royaume. La soirée qui célébrait la fête nationale saoudienne était avant tout l’occasion de mettre à l’honneur la culture, l’histoire, et les traditions du royaume. Les convives ont eu l’occasion de découvrir entre autres des costumes, des mets, de la musique traditionnels du royaume, et même de repartir avec des photographies et des livres faisant référence à certains aspects qui font toute la singularité de l’Arabie saoudite (une ville, un objet d’architecture, un aliment). En outre, une expérience vidéo immersive retraçait l’histoire de l’Arabie saoudite, et présentait sa culture, et certaines spécificités de ses régions. 

Des relations bilatérales “prospères et bien ancrées dans tous les domaines”

L’ambassadeur du royaume en France, le Dʳ Khalid ben Mohammed al Ankary, a pris le temps de saluer personnellement chacun des invités, oscillant entre franches accolades, poignées de mains fermes, et échanges amicaux avec les enfants. Ensuite, il a évoqué dans son discours les réformes entreprises dans le royaume sous la houlette du prince héritier Mohammed Ben Salmane, les qualifiant de “très bien accueillies par la société saoudienne, comme par les partenaires internationaux, à commencer par la France. Les relations bilatérales sous l’égide du Roi Salmane, du prince héritier, du president Macron et de son gouvernement n’ont jamais été aussi prospères, aussi ancrées dans tous les domaines, qu’il s’agisse des relations internationales, culturelles et économiques, j’en ai été moi même le témoin”. Sur une note plus émouvante, l’ambassadeur a profité de la suite de son discours pour évoquer la fin de son mandat, et combien il avait apprécié le temps passé dans l’hexagone, et la qualité de ses différents échanges et travaux. 

De g. à d. : le Dʳ Khalid ben Mohammed al Ankary, ambassadeur d’Arabie saoudite en France ; l’homme d’affaires français Olivier Dassault ; la députée des Français établis à l’étranger Amélia Lakrafi

“Une évolution incroyable”

En sa qualité de vice-présidente du groupe d’amitié parlementaire France-Arabie saoudite, Amélia Lakrafi a également dit quelques mots, avant de se confier à nous plus longuement, notamment sur sa visite dans le royaume, qu’elle appréhendait : “Il y a 6000 Français et plus de 400 entreprises en Arabie saoudite, qui reste malgré cela un pays très méconnu. Moi-même, lors de mon passage dans le royaume, j’ai regretté mes à-priori négatifs sur le pays, et rencontré des gens ouverts, intéressants, tournés vers l’avenir, très conscients du monde dans lequel ils vivent, et désireux de s’ouvrir. Entre 2015 et aujourd’hui, j’ai observé une évolution incroyable, notamment en ce qui concerne le tutorat.” 

“Les Français connaissent mal l’Arabie”

Cravates vertes, écharpes aux couleurs du royaume, et tenues traditionnelles étaient de mise lors de la soirée.

L’ancien consul de France à Djeddah, Louis Blin, spécialiste du monde arabe, abonde en ce sens, et prône une meilleure connaissance de l’autre : ”Je pense que les Français connaissent mal l’Arabie, beaucoup plus mal que les Saoudiens ne connaissent la France, donc nous avons à effectuer un travail de connaissance, car c’est de l’ignorance que sourdent les malentendus. Pour le moment, nous en sommes encore à une découverte de l’Arabie et je me félicite que les saoudiens aient commencé à émettre des visas, car je pense que cela va changer beaucoup de choses en bien”.