Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Saisons saoudiennes, Djeddah en tête de file

Crédit Photo : Jeddah.sa

Des concerts de Blue Man Group aux événements WWE, en passant par des représentations shakespeariennes, la “Jeddah Season” première du nom, qui vient de s’achever, avait indéniablement une dimension internationale.

En guise de lancement de la saison de réjouissances touristiques qui vient de s’achever à Djeddah, la WWE avait organisé son Super ShowDown dans le stade Al-Jowhara, à la King Abdullah Sports City. La soirée avait notamment été le théâtre de la victoire du catcheur saoudien Mansoor Al-Shehail, mais également une bonne manière de donner le ton : la “Jeddah Season” sera festive et internationale ou ne sera pas.

Ainsi, les plus grandes légendes de la discipline, comme Triple H ou Undertaker étaient au rendez-vous. Le catch n’était d’ailleurs pas le seul sport de combat représenté puisque le boxeur anglais Amir Khan a défié et vaincu l’australien Billy Dib, et remporté la ceinture WBC des poids welter. Après sa performance, il a promis aux saoudiens qu’il serait de retour dans le royaume en novembre afin d’affronter le philippin Manny Pacquiao.

La musique à l’honneur

“La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée”, disait Platon. Vraisemblablement, les organisateurs de la “Jeddah Season” étaient du même avis. La part belle a été faite aux arts musicaux avec de nombreux concerts de stars du monde arabe, telles que les libanais Nancy Ajram et Wael Kfoury, le saoudien Mohammad Abdo, les égyptiens Amr Diab et Angham ou encore les chanteurs de Khaleeji Ahlam et Rashed Al-Majed.

A ces derniers sont venus s’ajouter des stars internationales. La performance de Blue Man Group était très attendue et n’a pas déçu, au même titre que celle des superstars de la K-Pop Super Junior. Des DJs renommés comme Martin Garrix ou Marshmello ont été autant plébiscités que les vestiges des années 90 que sont les Backstreet Boys. La cerise sur gâteau restera sans aucun doute le Jeddah World Fest, qui a réuni un line-up sensationnel -50 Cent, Janet Jackson, Steve Aoki, Future, l’ex One Direction Liam Payne-, tous venus faire trembler la plus grande scène jamais érigée dans la région. Le bouquet final.

Le théâtre n’était pas en reste

Parce que tout n’est pas que musique électronique et foule en délire, les organisateurs ont misé sur les arts de la scène pour faire vibrer les amateurs de sorties culturelles. Des versions arabes du “Roi Lear’ de Shakespeare, ou de la comédie musicale Peter Pan, au Teatro Circus et ses acrobates, en passant par les représentations du Music Hall, l’éclectisme était de mise. Des spectacles était également disponibles pour les plus petits

Enfin, aux nombreux street performers sont venus s’ajouter des shows alliant sons et lumière. D’aucuns mêlaient flammes, lasers, et fontaines, d’autres éblouissaient les foules par leurs prouesses pyrotechniques, lors de feu d’artifices tirés pendant près d’une heure au dessus de la mer rouge.

Depuis que le plan Vision 2030 a été initié en 2016, le royaume a ouvert grand ses portes à une myriade d’activités culturelles, qui font le plaisir des locaux comme des visiteurs, si l’on considère les réactions observées sur les réseaux sociaux, notamment à la suite du Jeddah World Fest qui a réuni plus de 10 000 personnes. Si la Jeddah Season s’est achevée après 41 jours de festivités, la ville ne compte pas en rester, et prépare déjà, entre autres événements, le festival de cinéma international de l’an prochain, baptisé Red Sea International Film Festival.