Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Socotra : l’île fascinante du Yémen

Au large du Yémen et d’Oman, l’archipel de Socotra se révèle comme un véritable paradis terrestre. Et ce titre n’est dû qu’à la présence du dragonnier de Socotra. Cet arbre unique, au nom de l’île, joue un rôle essentiel primordial dans la protection et la sauvegarde de plus de 800 espèces endémiques.

L’archipel de Socotra, étendu sur 250 km dans le nord-ouest de l’océan Indien, comprend quatre îles et deux îlots rocheux qui semblent prolonger la corne de l’Afrique. Considéré comme une terre de rêve dans l’océan Indien, le site est classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008 en raison de ses paysages et de sa biodiversité unique.

Un écosystème unique…

L’archipel abrite en effet une réserve naturelle extraordinaire de par sa grande diversité de plantes et l’un des taux d’endémisme les plus élevés du monde. 37% des 825 espèces de plantes présentes, 90% des espèces de reptiles et 95% des espèces d’escargots terrestres ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde.

Le site se distingue également par les migrations importantes des populations d’oiseaux, dont certaines espèces sont menacées d’extinction. En ce qui concerne la vie marine, Socotra est le refuge de plus de 250 espèces de coraux bâtisseurs de récifs, 730 espèces de poissons côtiers et 300 espèces de crabes, homards et crevettes.

 

…mais qui ne tient qu’à un fil (ou un arbre)

Socotra abrite un arbre qui ne pousse lui aussi plus que sur cette île, un arbre presque légendaire : l’arbre dragon. Le dragonnier de Socotra est éblouissant sur plus d’un aspect : par sa forme en parasol, sa sève rouge sang, son usage en médecine traditionnelle et surtout son rôle dans le maintien de la biodiversité de l’île. A titre d’exemple, on trouve un lézard vivant uniquement dans l’écorce de l’arbre. Par ailleurs, il est le seul arbre de l’île capable de produire de l’ombre et de capter les précipitations horizontales pour nourrir ses feuillages.

Or, l’arbre dragon est menacé de disparition par la sécheresse et les cyclones de plus en plus fréquents. Effectivement, le dragonnier se compose d’abord à 80% d’eau récoltée lors des moussons, plus rare depuis quelques années. De plus, l’espèce a une croissance très lente qui le rend vulnérable aux conditions climatiques. Le dragonnier de Socotra n’arbore son houppier spectaculaire qu’une fois atteint l’âge adulte, pas avant 800 à 1 000 ans !

L’île de Socotra devra donc préserver son arbre magique pour maintenir l’équilibre de sa faune et de sa flore.