Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Un nouveau genre de taxi hybride voit le jour aux Emirats arabes unis

Alors que les pays du Golfe s’engagent de plus en plus vers une transition écologique et énergétique durable - en témoigne la Green Initiative tenu par l’Arabie saoudite en octobre dernier - les Emirats arabes unis ont lancé la première phase d’essai de leurs nouveaux taxis hybrides, autonomes, et moins polluants.

Un nouveau système de transport innovant

Ces nouveaux taxis sont à l’essai sur l’île de Yas, à Abou Dhabi, et fonctionnent, de prime abord, comme un service classique de taxis : l’utilisateur fait sa réservation, le taxi vient le chercher et le conduit à sa destination. La seule différence, et elle est de taille, est que ce taxi se conduit… seul, de façon autonome. 

Dotés de capteurs sur leurs toits, ces nouveaux véhicules électriques ne sont pour l’instant capables que de rejoindre 9 points de l’île Yas. Un agent de sécurité fait tout de même acte de présence à la place du chauffeur dans le taxi, afin de pouvoir maîtriser la situation en cas d’incident.

Appelés TXAI, quatre voitures sont mises à disposition des clients, deux électriques, et deux hybrides (c’est à dire partiellement électriques).

 

 

Développement du concept d’ici 2030

 

Si ces premiers tests sont prometteurs, la patience est de mise pour ce nouveau type de transport innovant. La deuxième phase de test mettra cette fois à l’essai dix véhicules hybrides et électriques, qui devront dépasser le seul périmètre de l’île de Yas, et s’étendre à la ville, puis à l’émirat d’Abou Dhabi, avant de pouvoir conduire dans tout le pays. 

En plus de ces contraintes techniques, ces nouveaux taxis devront être entièrement capables de fonctionner seuls, sans l’aide d’un agent de sécurité ou d’un conducteur pour prendre la main en cas de dysfonctionnement. 

Sans oublier un cadre légal clair pour autoriser de tels engins à rouler de façon autonome dans l’émirat, ce qui ne devrait pas tarder à être instauré par le gouvernement, d’après Hassan al-Hosani, PDG de Bayanat, société d’agence artificielle chargée du projet : « Cette technologie est nouvelle et les réglementations relatives à la sécurité et à d’autres aspects opérationnels sont en cours d’élaboration« .

Une fois prêts, les Emirats arabes unis entendent à ce que ces nouveaux taxis représentent 25% des moyens de transport sans chauffeur d’ici 2030, soit 400 véhicules en service dans le pays. Cette nouvelle technologie permettra notamment au pays de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, les coûts liés à un service de transport, ainsi que les accidents de la route.