Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Arabie saoudite : L’IA comme cheval de bataille

Le royaume a récemment lancé sa stratégie nationale autour de l’intelligence artificielle et de la data. Un secteur dont il entend bien faire un atout majeur pour les années à venir, et, pour ce faire, il s’est entouré d’acteurs du numérique de premier plan.

L’autorité saoudienne de la data et de l’intelligence artificielle vient de lancer la stratégie du pays à l’occasion du tout récent sommet mondial de l’IA, hébergé par l’Arabie saoudite, quoiqu’en version dématérialisée cette année à cause de l’inévitable Covid-19. Pour résumer, le royaume souhaite attirer les investissements à hauteur de 20 milliards de dollars, et former près de 20 000 experts. En outre, il compte bien se hisser dans les 15 pays les plus performants en matière d’IA d’ici à 2030.

 

Des alliés de choix

Pour ce faire, il s’est entouré d’acteurs du numérique de premier plan. Afin d’ouvrir le plus grand possible le champ des possibles, l’Arabie saoudite vient de passer un accord avec le géant de l’informatique IBM, ainsi que les chinois Alibaba et Huawei, respectivement piliers incontournables de l’e-commerce et des technologies de l’information et de la communication.

L’accord concerne des champs aussi variés que la 5G, le cloud, et la création d’outils, de systèmes, logiciels et autres algorithmes faisant la part belle à l’utilisation de la langue arabe. De fait, les responsables du projet déplorent que l’arabe, parlé par quelque 400 millions de personnes à travers le monde, soit si peu utilisé dans le domaine de l’intelligence artificielle, et considèrent que démocratiser de tels outils serait favorable à l’ensemble du monde arabe.

 

 

Des expertises variées

Ainsi, des chercheurs saoudiens vont collaborer avec leurs homologues de chez Huawei afin de produire des solutions de pointe. « La 5G, l’IA et le cloud sont les nouveaux moteurs de la croissance … dans les cinq prochaines années, nous allons dépenser 100 milliards de dollars dans ces trois domaines et cela nous aidera à maintenir notre position de leader dans le domaine global des TIC. La 5G, l’IA et le cloud vont pousser l’économie saoudienne vers de nouveaux sommets », a déclaré Charles Yang, président de Huawei pour le Moyen-Orient et l’Afrique, dont la société a réalisé des résultats impressionnants au premier semestre de 2020 malgré une conjoncture particulièrement difficile, entre épidémie de Covid-19 et fluctuation des cours du pétrole.

 

 

De son côté, Alibaba Cloud apportera au royaume son expertise afin de développer des villes intelligentes grâce à l’IA et de doter les zones urbaines du royaume de solutions technologiques performantes.

Quant à IBM, son rôle sera de développer des cas concrets d’utilisations d’intelligence artificielle qui viseront à assurer la transformation de plusieurs secteurs clés comme la santé ou l’énergie.

Des travaux déjà engagés

Rappelons que l’Arabie saoudite avait d’ores et déjà signé un MoU (Memorandum of Understanding, concrètement, un protocole d’entente), avec l’Union Internationale des Télécommunications (le bras armé de l’ONU pour internet et les télécoms) afin de promouvoir des bonnes pratiques dans le royaume en termes d’IA. Cette dernière devrait, selon un rapport du cabinet de conseil PwC, contribuer jusqu’à 12,4 % du produit intérieur brut du pays – soit l’équivalent de 496,2 milliards de Dhirams – d’ici 2030.