Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

L’Arabie saoudite mise sur Magic Leap, un casque de réalité augmentée

Le casque de réalité augmentée Magic Leap

Le casque de réalité augmentée Magic Leap

Le Fonds d'investissement public saoudien investit dans une nouvelle startup basée en Floride, aux Etats-Unis. SOn nom : Magic Leap. Son produit : un casque de réalité augmentée.

Le 7 mars, Magic Leap, une start-up basée en Floride spécialisée dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée, a levé 400 millions de dollars auprès du Fonds public d’investissement saoudien. Depuis sa création, la startup a levé 2,3 milliards de dollars… sans avoir encore sorti le moindre produit !

Magic Leap, une révolution ?

Pourquoi les Saoudiens ont-ils tenu à rejoindre la liste des investisseurs de Magic Leap ? Peut-être pour l’ambiance des soirées entre actionnaires, avec des VIP tels que Alphabet Inc (Google), Alibaba Group, Warner Bros ou encore J.P. Morgan ? Plus probablement parce qu’ils partagent tous la conviction que Magic Leap pourrait révolutionner l’interaction homme-machine.

Et cela a un coût. En effet, la start-up a décidé de baser sa stratégie sur le développement d’une toute nouvelle gamme de technologies d’affichage et de capteurs, ainsi que sur un système d’exploitation original. Son premier casque de réalité augmentée, le « Magic Leap One, Creator Edition », devrait sortir en 2018, après 8 ans de développement ou presque.

Des expériences humaines « viscérales »

Les premières démos auraient été accueillies avec scepticisme dans certains coins de la Silicon Valley, mais cela n’empêche pas le PDG de Magic Leap, Rony Abovitz, de continuer à voir les choses en grand. Son rêve ? Faire en sorte que la technologie soit capable d’offrir des expériences plus humaines, « viscérales ».

Plus qu’une simple entreprise de hardware, il veut faire de Magic Leap « une plateforme créative pour les joueurs, les concepteurs de jeux, les écrivains, les codeurs, les musiciens, les cinéastes et les artistes en général », et pourquoi ne pas, en passant, révolutionner la façon dont nous éduquons nos enfants.