Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Au Caire, deux soeurs équipent les pauvres en énergie solaire

Deena et Sara Mousa, fondatrices de Shamsina.

Au Caire (Egypte), certaines communautés défavorisées doivent encore utiliser des réservoirs de gaz pour chauffer leur eau, un fléau auquel deux sœurs égypto-américaines tentent de remédier avec Shamsina, une start-up qui fournit des chauffe-eau solaires bon marché aux populations dans le besoin.

Entre les cours à l’université et leur vie d’entrepreneures, Deena et Sara Mousa ont un emploi du temps bien chargé. Deena passe actuellement un diplôme en éthique, politique et économie à l’Université de Yale, tandis que sa soeur Sarah termine un master en politique publique à la Harvard Kennedy School. Mais les deux soeurs sont surtout les fondatrices de Shamsina, une start-up lancée il y a six ans, qui conçoit et fabrique des technologies solaires abordables et fiables pour les communautés pauvres et fournit au public les outils nécessaires à la mise en place de solutions énergétiques innovantes et propres. Depuis janvier, leur entreprise a été incubée au sein du Harvard Innovation Lab, une reconnaissance prestigieuse pour ces deux jeunes entrepreneurs.

 

View this post on Instagram

Repost from @startupsceneme • #BehindTheStartup: SHAMSINA’S LOW-COST SOLAR HEATERS ARE AMONG THE 25 FINALISTS IN HARVARD PRESIDENT’S INNOVATION CHALLENGE • It was while volunteering in some of Cairo’s underprivileged, informal neighborhoods that Sarah Mousa first realised a need for cheap and accessible methods of heating water inside homes. “I noticed that some families were using kerosene lamps, gas tanks or even makeshift fires to heat water for everyday needs like taking a bath or cleaning the house,” she explains. “In Al-Darb Al-Ahmar in Cairo, I heard from residents that an international NGO had installed about a dozen makeshift solar water heaters several years ago as part of a short-term project, but because it was a one-time effort there was no way for others to benefit. This sparked the idea behind Shamsina. We wanted to create a sustainable way for people to access affordable, clean hot water at scale.” • From here, Sarah and her sister Deena began to dig deeper into the problem, finding that nearly 50% of Egyptians do not have access to a modern water heating system. “Another major issue is the rising price of electricity. Subsidy cuts mean that since 2016, electricity bills have tripled on average for Egyptian households. For us, this presents an opportunity to create a business model that benefits a wider range of Egyptians – from the energy poor, to energy conscious consumers tired of rising bills,” explains Sarah. • Read the full interview to find out how they made it to the finals of @harvard’s President’s Innovation Challenge on www.TheStartupScene.me or click on the link in our bio.

A post shared by Shamsina • شمسنا (@shamsina.solar) on

Comment avez-vous eu l’idée de Shamsina ?

En faisant du bénévolat dans des quartiers non planifiés du Caire, Sarah a remarqué que certaines familles utilisaient des lampes à kérosène, des réservoirs de gaz ou même des feux de fortune pour chauffer l’eau pour les besoins quotidiens comme prendre un bain ou nettoyer la maison. À Al-Darb Al-Ahmar, au Caire, j’ai appris par les habitants qu’une ONG internationale avaient installé une douzaine de chauffe-eau solaires de fortune il y a plusieurs années dans le cadre d’un projet à court terme, mais comme il s’agissait d’un effort ponctuel, il n’y avait pas moyen que d’autres en profitent. C’est ainsi qu’est née l’idée de Shamsina. Nous voulions créer un moyen durable pour que les gens aient accès à de l’eau chaude propre et abordable à l’échelle.

Pouvez-vous nous expliquer comment fonctionnent vos chauffe-eau solaires ?

Shamsina développe actuellement sa troisième version d’un chauffe-eau solaire. La plupart des chauffe-eau solaires fonctionnent de la même manière. Ils se composent de deux unités principales : une unité de stockage où l’eau est contenue et un panneau qui aide à chauffer l’eau. Le panneau de notre chauffe-eau est constitué de tubes isolés qui chauffent l’eau qui les traverse en absorbant la chaleur du soleil. La beauté de notre réchauffeur est sa simplicité. Shamsina innove sur le chauffage traditionnel à panneau plat en le rendant plus compact et mieux adapté aux infrastructures locales.

 

Quelle est votre mise en œuvre en Egypte actuellement ?

Nous avons installé notre première version du chauffage Shamsina dans 25 foyers ou organisations, dans 8 gouvernorats en Egypte avec le soutien d’organisations et d’entreprises étonnantes comme Yomken, Nebny, Ruwwad, Hand Over, et bien d’autres. Nos chauffages se trouvent de Dumyat au Sinaï, au Caire ou à Qena. Nous voulions nous assurer de les tester dans divers endroits, qu’ils soient urbains, ruraux, désertiques ou côtiers. Nous avons beaucoup appris de ces pilotes et nous avons pris en compte les réactions pour mettre à jour notre technologie et notre modèle commercial.

Vous n’avez pas de formation d’ingénieur au départ, comment avez-vous réussi à opérer dans ce domaine qui semble un peu technique ?

Il y a un mythe selon lequel il faut avoir une formation technique spécifique pour lancer une start-up, mais en réalité le cœur du métier est une idée créative et la volonté de la réaliser. Comme toutes les startups, Shamsina est un effort collectif – notre technologie est le fruit de l’apport de nombreux ingénieurs, techniciens et travailleurs qualifiés envers qui nous sommes reconnaissants.

 

Quels ont été les plus grands défis à relever lors de l’entrée sur ce marché ?

Il est crucial de comprendre votre marché – et nous avons passé des années à rechercher et à cataloguer le problème de la pauvreté énergétique pour comprendre nos consommateurs et les voies de distribution et partenaires potentiels. Ce travail et la compréhension du paysage qui en résulte distinguent Shamsina des autres entreprises d’énergie solaire.

À quoi ressemble votre modèle d’entreprise aujourd’hui ?

Nous fonctionnons selon un modèle commercial de subventions croisées, ce qui signifie que nous vendons deux gammes de chauffe-eau. L’une est destinée aux groupes à revenus élevés et l’autre aux marchés à faibles revenus. Les recettes de nos chauffe-eau haut de gamme contribuent à subventionner le coût des chauffe-eau pour les communautés pauvres en énergie. Notre équipe est actuellement composée de 5 personnes et devrait s’agrandir considérablement au cours de l’année à venir, à mesure que nous nous lancerons dans la production.

 

Qu’avez-vous appris en étant incubé au Harvard Innovation Lab ? Qu’avez-vous ressenti ? 

Shamsina a été incubée par le Harvard Innovation Labs, dans le cadre de leur programme BuildIt, depuis janvier. Nous avons la chance d’avoir des mentors et des collègues par l’intermédiaire de l’iLab qui sont vraiment généreux en donnant leur avis sur tout, de notre modèle d’entreprise à notre technique de présentation, et cela nous a énormément aidés. C’est une leçon d’humilité que d’être incubé par eux – l’iLab rassemble de nombreux entrepreneurs talentueux de la communauté élargie de Harvard, donc pour Shamsina, être reconnue parmi eux est passionnant, cela nous inspire à continuer d’innover pour le bien social.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes entrepreneurs travaillant dans l’économie sociale ?

Un conseil que nous aimerions partager est que l’innovation peut être simple. Bien plus important que la complexité d’une solution, c’est la façon dont elle est adaptée au problème qu’elle vise à résoudre.