Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Economie : l’Arabie saoudite, un grand de l’acier ?

L’association mondiale de l’acier vient de publier un classement plaçant le royaume d’Arabie saoudite dans le top 20 des pays producteurs du métal très prisé par des secteurs clés de l’économie, comme le BTP, ou l’automobile.

Nul n’ignore que l’Arabie saoudite est un pays riche en ressources industrielles… Membre de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), le royaume s’appuie sur les plus grandes réserves d’or noir au monde, et truste la deuxième place du classement des pays exportateurs depuis des années, devancé de peu par les Etats-Unis.

Cependant, beaucoup ignorent que les barils de pétrole ne constituent pas la seule richesse du pays. L’association mondiale de l’acier vient de publier un classement plaçant le royaume d’Arabie saoudite dans le top 20 des pays producteurs, avec une production de 8,2 millions de tonnes en 2019. Des efforts qui vont dans le sens de la volonté du gouvernement saoudien, ainsi que des secteurs publics et privés, que de booster ce pan de l’économie, stratégique et vital pour le pays.

Un métal précieux ?

L’acier, très prisé dans l’industrie pour sa teneur en carbone, est particulièrement en grâce auprès du secteur du BTP, où il est indispensable. On le retrouve à tous les stades, que ce soit pour les tuyaux de transport d’eau et de gaz, la consolidation du béton, ou encore le squelette de bâtiments tels que les musées, les écoles, les usines, les maisons… L’automobile également fait appel à la sidérurgie pour la carrosserie, le moteur, la direction, le châssis, ou encore dans la carcasse du pneu. Enfin, dans la vie quotidienne, il est omniprésent. Couverts, casseroles, boîtes de conserve, sont autant d’objets indispensables de la vie de tous les jours qui contiennent de l’acier.

Pari réussi, donc, pour l’économie saoudienne qui souhaite se diversifier de l’or noir, dans le cadre du plan de réformes “Vision 2030″ qui prépare le royaume pour “l’après-pétrole”.