Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

La start-up saoudienne Foodics rachète son homologue jordanienne POSRockets

Ahmad Al Zaini, directeur général et cofondateur de Foodics, et Zeid Husban, directeur général et fondateur de POSRocket. Crédits Photo : Foodics

Au Moyen-Orient, une pépite peut en cacher une autre. La start-up saoudienne Foodics qui propose, entre autres services, des solutions de gestion dématérialisée pour les restaurants, vient de procéder à l’acquisition de sa jumelle jordanienne POSRockets, dans le but de s’implanter durablement sur le marché en Égypte, au Koweït, à Oman, et, bien sûr, en Jordanie.

Ce n’est pas tous les jours qu’une jeune pousse saoudienne (gagnante tout de même du prix de l’innovation de Forbes Middle East, excusez du peu) se fend d’une acquisition de cette ampleur. Car de fait, le fournisseur de services aux restaurants jordanien POSRocket n’est ni plus ni moins que le deuxième plus gros acteur de la région (Afrique et Moyen-Orient) sur ce marché.

La pandémie, vecteur d’opportunités ?

De quoi avoir des étoiles dans les yeux pour Ahmad Alzaini, fondateur et PDG de Foodics, qui vise par cette première acquisition une implantation fructueuse et pérenne sur les marchés égyptiens, koweïtiens, omanais et jordaniens. « La région a récemment connu une accélération significative de la numérisation des opérations dans les secteurs de la vente au détail et de l’alimentation en raison de la pandémie », a déclaré ce dernier.

 

Des solutions hébergées dans le cloud adaptées à une multitude de commerces de détail.

Preuve s’il en est que la situation sanitaire, aussi aggravante soit-elle pour de très -trop- nombreux secteurs de l’économie, s’accompagne malgré tout de son lot d’opportunités de développement. Et les secteurs de l’alimentation, de l’e-commerce et des FinTech de se constituer en véritable fer de lance de la croissance dans la région, puisqu’ils sont à l’origine de la majeure partie des investissements générés par les start-ups (1,2 Milliards de dollars), en hausse de 64% sur la première partie de 2021, selon le cabinet d’études data Magnitt.

Déjà un acteur incontournable

Si le montant de la transaction n’a pas été révélé, on sait toutefois que le fournisseur de logiciels d’exploitation a obtenu un financement de 20 millions de dollars en février de l’année dernière pour se développer, à l’occasion d’un deuxième tour de table de financement mené par Sanabil Investments, une filiale du Fonds d’investissement public d’Arabie saoudite.

Des chiffres prometteurs pour la start-up, qui propose également une marketplace réunissant divers acteurs du secteur tels que Deliveroo, Wssel, Shopbrain, et bien d’autres dans le cadre d’une offre de service déployée en français, en anglais et en arabe, avec une version espagnole en cours de développement.

À noter que depuis sa création en 2014, Foodics indique avoir traité plus de 5 milliards de dollars de commandes via sa plateforme et vise les 150 000 terminaux d’ici à la fin 2024.