Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Le sultanat d’Oman amorce sa conquête de l’espace avec le premier lanceur spatial du monde arabe

Le sultanat d’Oman s’apprête à mettre en orbite le premier lanceur spatial dans le Moyen-Orient. Ce projet phare, qui sera supervisé par la Société nationale de services aérospatiaux (NASCOM), vise à construire, en trois ans, une rampe de lancement dans la ville portuaire de Duqm, au sud du pays.

Première fusée suborbitale omanaise

Selon la NASCOM, ce centre de lancement, nommé Etlaq, ne servira pas seulement de lieu de ralliement pour les entreprises aérospatiales, mais également comme une ressource locale pour ces programmes de recherche. La NASCOM espère pouvoir utiliser cette installation pour construire la première fusée suborbitale omanaise, actant ainsi un pas en avant significatif pour l’industrie aérospatiale du sultanat. « L’échelle de la fusée que nous développons est comparable aux fusées suborbitales qui sont lancées par les universités et les établissements d’enseignement supérieur aux États-Unis et qui mesurent entre 3 et 6 mètres de long », a indiqué l’entreprise.

Si Duqm est le lieu choisi pour cette ambitieuse entreprise, c’est notamment en raison de sa position équatoriale. Le sultanat estime que cela permet aux fusées de tirer parti de la vitesse de rotation de la Terre, ce qui accroît les chances de réussite des lancements. La NASCOM a déclaré que « des études vérifiées au niveau international ont identifié que la position équatoriale de la Wilaya d’Al-Duqm la place dans le top 5 des latitudes les plus efficaces pour le lancement de fusées dans le monde ».

 

Au Moyen-Orient, la course à l’espace

Cette annonce intervient à un moment où l’intérêt de la région porté à l’exploration de l’espace semble à son apogée, et où les pays du Moyen-Orient se retrouvent de plus en plus investis dans des programmes de recherche et d’exploration spatiales. « Les fusées inspireront les jeunes à poursuivre la science et la technologie et établiront une norme que les générations futures pourront atteindre et dépasser », a déclaré l’agence omanaise.