Le nouveau média digital et social pour découvrir l’Arabie et le Moyen-Orient. Décalé. Innovant.

Objectif Mars pour la première mission interplanétaire du monde Arabe

Pour la première fois dans l’histoire, une mission interplanétaire rassemblant plusieurs états du monde Arabe a lancé une sonde dans l’espace. Sa cible : la planète rouge, Mars.

L’espace, “nouvelle frontière” du monde Arabe ?

Dimanche 19 juillet, à 22h58 heure française, des millions de téléspectateurs ont pu admirer l’envol majestueux de la sonde émiratie “Al-Amal” vers les cieux. La sonde, dont le nom peut être traduit en ‘espoir’ en français, a quitté le sol terrestre depuis le centre spatial de Tanegashima au Japon, après avoir été retardée la semaine dernière en raison du mauvais temps. Ce lancement constitue un événement historique, puisque c’est la première mission interplanétaire rassemblant plusieurs états du monde Arabe.

 

Le programme “Al-Amal” est loin d’être le coup d’essai spatial des pays arabes. Les E.A.U. ont déjà lancé des satellites, en 2009 et 2013, mais ils ont été développés avec des partenaires sud-coréens. Les émirats ont fini par fonder leur propre agence spatiale en 2014, à l’instar de la NASA aux Etats-Unis et de l’ESA en Union Européenne. Le début d’une formidable aventure et d’une course contre-la-montre. Alors que la plupart des missions martiennes prennent entre 10 et 12 ans pour se développer – les scientifiques des Émirats arabes unis n’ont eu que six ans pour mener à bien le projet. Ils se sont associés à un laboratoire de l’université du Colorado et ont consulté le Mars Exploration Program Analysis Group (MEPAG), un forum créé par la NASA, pour planifier les explorations de Mars.

Le challenge semblait immense pour les équipes, d’autant plus qu’ils devaient rattraper les mastodontes de la conquête spatiale que sont les Etats-Unis et la Chine. En effet, les États-Unis ont réaffirmé leur volonté de lancer des missions sur Mars dès cet été. La Chine semble, de son côté, vouloir reprendre à son compte l’héritage soviétique et a annoncé vouloir lancer son Tianwen 1 pour Mars durant l’été. Dans ce qui s’apparente à une nouvelle course à l’espace – et plus spécifiquement à la planète Mars – le monde Arabe a ainsi pris les devants et pourrait coiffer au poteau les deux superpuissances dans le sprint à la Planète Rouge.

Une sonde sur Mars en février 2021 en attendant des hommes ?

En dépit de cette compétition, le succès du lancement de la sonde a été accueilli chaleureusement dans le monde entier. La NASA a tweeté ses félicitations après le lancement réussi de “Al-Amal” – Hope en Anglais – en écrivant sur la page Twitter officielle de Perseverance – la mission américaine qui doit elle aussi atteindre Mars – :

 

« C’est un honneur de participer aux efforts mondiaux d’exploration de l’espace », a tweeté le compte officiel de la mission Hope Mars après le lancement. « La sonde Hope est le point culminant de chaque étape que les humains ont franchie au cours de l’histoire pour explorer les profondeurs inconnues de l’espace. »

La sonde lancée hier devrait, selon toute vraisemblance, atteindre l’orbite de la planète rouge aux alentours de février 2021. Elle occupera un rôle de satellite artificiel pendant environ 687 jours (soit le temps d’une révolution complète de l’astre autour du soleil) afin de recueillir des données sur l’atmosphère martienne et ses variations climatiques. L’étude du système météorologique de Mars, y compris les changements de l’atmosphère et du climat, pourrait aider à comprendre comment Mars – une planète qui partageait des caractéristiques avec la Terre – est passée d’une situation où elle avait des rivières et des lacs à une situation où elle n’avait pas d’eau à sa surface.

Cette mission ambitieuse, qui a pour leitmotiv l’enrichissement du savoir spatial humain, pourrait bien augurer une mission qui l’est encore davantage. En effet, les E.A.U. se sont fixés l’objectif d’ériger une colonie humaine sur Mars d’ici un siècle ! Un exploit qui permettrait, d’une part de décorréler à tout jamais les grandes heures de la conquête spatiale de la guerre froide entre soviétiques et américains et d’autre part de permettre au Monde Arabe d’inscrire son empreinte dans le livre d’or de l’histoire de la conquête spatiale, au même rang que les exploits russe de Sputnik et américain de la mission Apollo.